Focus

BeYo!, la sandwicherie qui veut convertir les actifs du 8ème au bio

BeYo! & eat fresh - Paris

A Paris, BeYo! veut proposer aux actifs une pause-déjeuner bio, avec les codes de la sandwicherie et du traiteur.

On ne compte plus les sandwicheries et échoppes spécialisées dans le déjeuner des actifs à Paris – il en ouvre et en ferme toutes les semaines. Le caractère difficile du métier n’a pourtant pas freiné Hélène Marx et Laetitia Amiable, qui se sont rencontrées il y a dix ans… chez Mc Donald’s. Depuis la grande banlieue parisienne, elles rallient tous les jours aux aurores la rue de Berri, dans le 8ème arrondissement de Paris – ce qui n’est pas chose facile – pour concocter, à trois personnes, une sélection de sandwiches, salades, tartines, soupes et desserts entièrement bio chez Be Yo ! & eat fresh.

« Nous sommes fans de food et de restauration. Nous testons tous les nouveaux concepts, nous nous amusons à créer de nouvelles recettes… », précise Hélène Marx. Au menu, élaboré avec le chef Richard Fanton, figurent des sandwiches tous élaborés à base de pain tradition (à l’exception du Yo ! Le saumon, en mini bagel, et du Yo ! Le tandoori, en pain pita), avec une gamme permanente (curry, classique, chèvre et campagnard toastés, sud, Italie) et saisonnière (concombre, brousse de brebis, piment d’Espelette, fenouil râpé… parmi les ingrédients sélectionnés au printemps).

L’objectif est de séduire une clientèle d’actifs, au petit-déjeuner et surtout au déjeuner, dans un quartier composé en grande partie de bureaux (Miromesnil-Haussmann). Le panier moyen est de 11 euros. Pour étendre leur zone de chalandise, les six associés du restaurant doivent prochainement signer avec un prestataire de livraison.

2098 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Actualité socialeÉconomieEntreprisesSociété

Couvre-feu : un affaiblissement supplémentaire d'un secteur des bars-restaurants déjà en difficulté

Après l’application de nouvelles règles sanitaires, les restaurants et les bars, déjà soumis à une fermeture anticipée ou totale dans plusieurs agglomérations, devront se conformer par endroits au couvre-feu en vigueur cet automne.
Entreprises

Le restaurant parisien Marclee fait évoluer sa cuisine asian fusion

Apports de plats vegan, efforts sur la vente à emporter, jeu sur les frontières sucré-salé : à Paris, le restaurant Marclee a pris le train de son époque.
EntreprisesServices

Fermeture : encore un coup dur pour les bars parisiens

Le passage de Paris et de la petite couronne en “zone d’alerte maximale” engendre la fermeture des bars – tandis que les restaurants resteront ouverts avec un protocole sanitaire renforcé.