Aller au contenu

L’auto-école PermiGo développe son modèle omnicanal

Depuis 2014, l’auto-école PermiGo poursuit son développement sur un modèle omnicanal. Elle a réalisé 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

Depuis son lancement il y a deux ans et demi, l’auto-école PermiGo s’est développée en ouvrant, en plus de son modèle on-line, des points de vente dans lesquels les aspirants conducteurs peuvent se former en conditions réelles au Code de la route et se renseigner sur les forfaits. La start-up propose essentiellement une formation en ligne, et met en relation ses clients avec des moniteurs. Son président et cofondateur, Grégory Giovannone, répond aux questions de Business & Marchés.

Comment s’est développée PermiGo depuis son lancement?

Grégory Giovannone — Cofondée en juin 2014 par Serge Haroutiounian et moi-même, PermiGo s’est installée comme un acteur majeur du secteur en seulement 2 ans et demi. Depuis le début de ce projet, notre credo reste le même : rendre le permis de conduire accessible au plus grand nombre, en divisant son prix par deux. Pour répondre à cet ambition, nous allions la souplesse et la simplicité d’utilisation des outils numériques – révision du code et réservation des cours pratiques en ligne – au professionnalisme et à l’excellence de l’enseignement d’une auto-école traditionnelle, grâce à nos moniteurs diplômés qui accompagnent, pas-à-pas, l’apprentissage de leurs élèves. Aujourd’hui, nous sommes présents dans 14 villes françaises et avons élargi notre offre : du permis de conduire classique auto au permis moto, en passant par le code en ligne, dans le but de répondre aux attentes de chacun de nos clients.

Parmi vos formules – e-learning, formule avec inscription aux examens… -, laquelle est la plus demandée?

Nous proposons tout d’abord différentes formules pour le permis de conduire auto : une formule en candidat libre, une formule 20h, une formule 30h ainsi que des formules en conduite accompagnée et en conduite supervisée. Nous avons également élargi nos offres au permis moto dans la plupart des villes où nous sommes installés. Parallèlement, nous proposons une formule “code 100% en ligne” à 49,90€ : les élèves n’ont plus besoin de se déplacer pour suivre des cours à l’auto-école. Nos taux de réussite sont de 85% au code de la route contre 70 % au niveau national, et de 55 % de réussite contre 52 % au niveau national pour l’examen pratique.

De quelle manière articulez-vous votre offre entre le Web et les «stores»?

Nous avons construit une stratégie omnicanale. Notre choix a été d’allier le relationnel, qui permet aux parents de se sentir en confiance car ils ont la possibilité de rencontrer nos équipes pédagogiques et d’avoir un réel suivi sur les progrès de leur enfant, ce que nous jugeons indispensable dans l’apprentissage de la conduite ; et la souplesse, permise par le numérique, qui laisse à nos élèves la possibilité de s’organiser comme ils le souhaitent. Nous avons remarqué que notre clientèle vient autant en boutique que sur le net, ce qui prouve que cette stratégie omnicanale est totalement complémentaire.

Quels sont vos objectifs de développement?

Avec un chiffre d’affaires de plus de 2 millions d’euros, 2016 a été une année marquée par un fort développement, aussi bien en terme de diversification de notre offre (permis moto, code 100% en ligne…) qu’en terme de zone géographique puisque nous sommes désormais présents dans 14 villes : Bordeaux, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Paris, Strasbourg, Tours, Toulouse, Saint-Etienne. Nous voyons 2017 comme l’année de la consolidation. Notre objectif est de nous appuyer sur chacune de nos 14 boutiques, afin d’élargir notre zone de chalandise ainsi que le nombre de nos points de rendez-vous, et cela passe indéniablement par une augmentation du nombre de moniteurs par zone. En 2017, notre ambition est de devenir le premier employeur du secteur.

Publié dansEconomieEntreprisesServices