ÉconomieEntreprises

Apéritif : la success-story de Supernuts, qui lance une gamme bio

2 min. de lecture
Produits apéritifs Supernuts

En 2015, les produits apéritifs de Supernuts étaient lancés. Cinq ans après, huit références (amandes, noix de cajou, cacahuètes…) sont disponibles, avec des noix de gros calibre et un conditionnement en France dans des sachets recyclables. Elles sont disponibles sur internet et chez Monoprix, Carrefour, Franprix, Leclerc, Auchan et Système U. Anthony Golfetto, cofondateur de Supernuts avec Mathieu Oddoux, nous en dit plus.

Comment s’est développé Supernuts en cinq ans ?

Nous avons eu un développement progressif en doublant chaque année notre chiffre d’affaires, ce qui nous a permis d’autofinancer notre croissance et d’embaucher quatre commerciaux (avec une cinquième embauche prévue pour octobre). Le passage du CHR à la GMS a été un fort relais de croissance et nous a apporté le volume nécessaire pour faire évoluer notre offre et arriver à offrir les premiers sachets recyclables du rayon apéritif dans les hyper et supermarchés de France.

De quelle manière avez-vous observé l’évolution de l’intérêt porté par les consommateurs à la composition des produits apéritifs ?

Dès le début, nous avons été surpris par l’intérêt porté par les consommateurs à la liste d’ingrédients, nous pensions que les gens ne lisaient que les allégations et faisaient confiance aux marques mais pas du tout. Et aujourd’hui c’est quasiment un réflexe de vérifier la liste d’ingrédients avant d’acheter ou de goûter même, mais cela nous va bien vu que nous ne mettons que des bons ingrédients dans nos Supernuts.

Quelles sont les caractéristiques du sourcing de vos produits ?

L’élément phare de différenciation est le calibre que nous choisissons, beaucoup plus gros que ceux de nos concurrents, car nous pensons que cela fait la différence quand on les mange ou quand on les dépose dans un bol ou une assiette. L’autre élément clé de notre cahier des charges est le taux de brisures très faible (moins de 5%), ce qui nous permet d’offrir un produit qualitatif jusqu’au bout du sachet.

Quels sont les défis induits par la création de votre gamme bio ?

Le but est de rester un produit premium mais de ne pas être déconnecté des prix du marché, ce qui est compliqué quand on est encore petit comme nous, mais nous allons faire les efforts nécessaires pour pouvoir offrir aux futurs consommateurs de Supernuts Bio des produits qui trouveront toute leur place dans les rayons. La création de la gamme bio nous a en plus aidé à rapatrier la production de nos packagings plus près afin d’avoir une crédibilité globale sur les produits que nous présentons. Il s’agira également d’un défi industriel, car faire cohabiter une gamme conventionnelle et bio sur le même site industriel nécessite une grande réflexion et organisation de tous les instants.

2214 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Sainte Lucie adapte son offre d'aides culinaires pour répondre aux nouvelles attentes des restaurateurs

Durant le premier confinement, Sainte Lucie a vu augmenter ses ventes d’aides aux desserts. L’entreprise basée dans l’Oise, créée en 1885, également…
EntreprisesFocus

EPC, ou le champagne en mode start-up pour recruter de nouveaux consommateurs

La maison de champagne EPC a réussi à s’imposer auprès de grands comptes et d’être présente dans six pays. Jérôme Queige, cofondateur et directeur général de la start-up, revient sur ce démarrage réussi.
EntreprisesServices

“La restauration livrée est un métier à part entière, qui nécessite des process dédiés”

Le chiffre d’affaires de la restauration livrée a atteint 4,9 milliards d’euros en 2020. Les clients réguliers pèsent pour 50% des utilisateurs des services de livraison. François Blouin, président de Food service vision, décrypte ce paysage remodelé.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter