ÉconomieEntreprises

Les amers Sommer repartent à la conquête des consommateurs

Gamme des amers Sommer (Alsace) en dégustation

Les amateurs de bière ou de cocktails ne connaissent pas forcément les atouts des amers. Les produits alsaciens de Sommer comptent y remédier.

Longtemps cantonné aux tables alsaciennes, l’amer Sommer se remet en selle. L’ambition de son distributeur, Terroirs Distillers : faire connaître plus largement la gamme des cinq produits (l’Authentique depuis 1885, le sans-alcool, le Rouge depuis 2018, l’Intense et le Sommer de Noël) et ses usages. « Un amer est une boisson spiritueuse qui contient de l’alcool et présente un goût amer. Il se consomme en accompagnant de la bière, en spritz, en mojito… », rappelle Alexandre Balthazard, chef de produit. La liqueur Authentique (16%) peut ainsi être ajoutée à hauteur de 3 à 4 cl dans un demi de bière, de préférence blonde. Un rituel de service qui convient bien aux cafés-hôtels-restaurants (CHR).

Le circuit CHR ne représente pourtant que 10% des ventes de Sommer, dont les recettes sont produites par la distillerie Klein Wanner d’Ingwiller (Bas-Rhin) – les sirops viennent par ailleurs d’être relancés. Les grandes et moyennes surfaces (90% des volumes) disposeront aussi de la nouvelle recette de Sommer, l’Intense (16%). « L’atout idéal pour un Sommer bière de caractère aux accents de stout irlandaise », promet la marque : bière blonde et une dose d’amer afin de modifier en profondeur le profil de la célèbre boisson maltée et houblonnée.

La fabrication artisanale à l’honneur

Gamme des amers Sommer (Alsace)

Les fruits et plantes sont récoltés à pleine maturité. Les écorces d’orange, de mandarine, de plantes… sont infusées à froid dans de l’alcool durant 21 jours au minimum. Un savoir-faire qui va désormais être remis en avant par Terroirs Distillers. « Nous avons observé les nouvelles attentes des consommateurs, et nous avons travaillé sur la production artisanale de Sommer. Nous allons aussi de nouveau communiquer en Alsace », ajoute Alexandre Balthazard.

15% des consommateurs d’amer utilisent par ailleurs cette famille de produits en tant qu’ingrédient culinaire.  En accords gourmands, place notamment à de délicieuses flammekueches servies par le restaurant parisien L’Alsacien (4ème arrondissement de Paris).

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Comment Braastad perpétue l'innovation dans le cognac

A Jarnac (Charente), les cognacs à la marque Braastad (Etablissements Tiffon) allient tradition et innovation. Focus sur le développement de la PME
ÉconomieEntreprises

Spiritueux : comment 30 & 40 fait rayonner le savoir-faire du Calvados

30 & 40 s’est imposé comme un des embouteilleurs indépendants les plus en vue. Vincent Béjot, cofondateur, revient sur son développement et sur les enjeux d’une production locale.
ÉconomieEntreprises

Malgré la crise, les vins des Côtes de Gascogne tracent leur route

La crise affecte les ventes des vignerons de l’IGP Côtes de Gascogne. Ceux-ci ont pourtant multiplié les efforts pour croître ces dernières…