ÉconomieEntreprisesIndustrie

7 marchés porteurs en Chine : la cosmétique

1 min. de lecture

Les produits de beauté constituent un secteur porteur pour investir en Chine.

En Chine, la cosmétique est en plein épanouissement : il s’agit du secteur le plus dynamique des biens de consommation du pays. La Chine est désormais le premier marché émergent de la cosmétique et le deuxième marché de la cosmétique le plus important d’Asie, juste derrière le Japon. 80% du marché est dominé par des marques étrangères. Le marché connaît notamment une évolution rapide au niveau de la dermo-cosmétique.

Des produits occidentaux haut de gamme

La cosmétique présente donc un potentiel intéressant pour les entreprises étrangères, et notamment occidentales, lorsqu’on sait que les consommateurs chinois sont fascinés par les marques occidentales de cosmétique haut de gamme. L’e-commerce est un excellent moyen de se faire une place sur ce marché parmi les grandes marques déjà existantes, qui monopolisent les canaux de distribution traditionnels.

A Shanghai, Thibaud André

Retrouvez chaque semaine notre série consacrée aux business porteurs en Chine. Prochain épisode : l’agroalimentaire

Photo : Cosmétique Asia/Maki Studio par Shutterstock

A lire également
Économie

Après la crise, les professionnels des spiritueux doivent s'adapter aux bouleversements de la consommation

La fermeture des cafés-restaurants et la limitation des déplacements a affecté l’activité des producteurs de spiritueux. Ceux-ci cherchent aujourd’hui à coller à une consommation moins fréquente, mais plus attentionnée.
EntreprisesServices

Télétravail, restrictions : les distributeurs automatiques de café et de friandises face à la crise

En janvier 2022, les professionnels de la distribution automatique (55 000 personnes) prévoient une chute de leur chiffre d’affaires de 50%, dans un contexte d’obligation de recours au télétravail et de baisse des déplacements. L’interdiction de la consommation dans les cinémas ou dans les transports s’ajoute à cette situation. Yoann Chuffart, délégué général de la Fédération nationale de vente et services automatiques, revient sur les conséquences de cette situation.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter