ÉconomieEntreprisesIndustrie

5 jeux vidéo créés en France à suivre en 2017

SwapTales: Léon - Witty Wings

Focus sur 5 jeux vidéo crées en France par des start-up prometteuses, présentes lors de l’édition 2016 de la Paris Games Week.

Paris Games Week (3/4). A quelques encablures des stands des grands éditeurs de jeux vidéo (Ubisoft, Square Enix…) présents à la Paris Games Week, qui s’est tenue du 27 au 31 octobre, de jeunes entreprises françaises disposaient, elles aussi, d’une vitrine. « Depuis cinq ans, nous travaillons avec le cluster francilien Capital Games, qui coordonne les acteurs de la filière à l’occasion du salon », explique le directeur général de la Paris Games Week, Emmanuel Martin. Comme l’an dernier, Business & Marchés a repéré 5 titres.

Pankapu

Créé il y a deux ans, le studio lillois Too Kind Studio a lancé « Pankapu », un action plateformer en 2D, qui reprend les codes des jeux des années 1990 (« Donkey Kong », « Mario Bros »…) Disponible sur la plateforme Steam depuis le 21 septembre, le premier opus a nécessité deux ans et demi de travail – un second volet sera disponible en mars prochain. Nostalgie assurée !

Deadcells

A Bordeaux (Gironde), le studio Motion Twin, lancé en 2001, fait pour sa part office de vétéran. « On a commencé par des jeux destinés au Web, et on se prépare à aller sur console », indique son responsable marketing et cogérant, Steve Filby. « Deadcells », sa nouveauté présentée à la Paris Games Week, a mobilisé 6 personnes durant 8 mois. Une campagne de crowdfunding sera prochainement lancée. Ce jeu de survie coopératif est disponible sur Steam et PC, avant d’envisager d’autres développements selon ses résultats.

Monster Boy

Crée il y a six ans, le studio parisien Game Atelier s’est associé à l’éditeur allemand FDG Entertainement pour concevoir « Monster Boy », un jeu au sein duquel les héros se transforment en divers animaux et créatures… l’objectif étant de les faire revenir à la normale. Début 2017, le jeu sera lancé sur PS4, Xbox One et sur Steam.

Vanishing stars : Colony wars

Depuis Bondy (Seine-Saint-Denis), le studio Ninpô, qui s’est lancé en 2015, édite son premier jeu, « Vanishing stars : Colony wars ». Pour détruire la galaxie au cœur du jeu et coloniser les factions adverses, les joueurs (sur PC, début 2017) devront organiser leur défense. « L’histoire de Ninpô vient d’un jeu de cartes, que nous avons connecté. Nous recherchons des financements », annonce son cofondateur, Cédric Tatangelo.

SwapTales : Léon

A Paris, l’équipe de Witty Wings, qui a créé son studio en 2015, mise pour sa part sur une nouvelle forme de narration avec « SwapTales : Léon » (photo), un livre dont vous êtes le héros réinterprété, sur tablettes, pour un jeune public, dès 6 ans. Les dessins à colorier et les mots à inverser incitent à l’apprentissage de la lecture.

Paris Games Week 2016: notre dossier

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Start-up : le Barteleur joue la carte des cocktails embouteillés

Proposer des cocktails embouteillés aux professionnels de la restauration et aux amateurs avertis, telle est l’ambition de la start-up parisienne Le Barteleur.
EntreprisesManagement

Les astuces de Snapshift pour convaincre les restaurateurs en quête d’un outil de gestion de planning

Permettre aux restaurateurs de gérer le planning de leurs salariés, disposer d’un panorama des heures effectuées, telles sont les fonctionnalités de Snapshift.
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.