Aller au contenu

SQweb veut créer une alternative crédible à la publicité en ligne

Mis à jour le 27 juillet 2015

En proposant aux utilisateurs d’adblockeurs d’accompagner financièrement les sites consultés, SQweb veut créer une alternative crédible à la publicité en ligne.

“Nous voulons rétablir la paix entre les éditeurs de sites internet et les adblockeurs!”, lance le fondateur de SQweb, Thibaud de La Villarmois. Disponible depuis le 1er juillet en version bêta, le site propose aux éditeurs, au moyen d’une interface utilisateur et d’un script, d’établir la conversation avec les internautes utilisant AdBlock, le plugin masquant les publicités display dans le navigateur. Une fois informés, les internautes peuvent verser la somme qu’ils souhaitent, par l’intermédiaire de SQweb, qui reverse ensuite ces abonnements aux éditeurs partenaires, en fonction du temps passé sur chaque site.

L’essor d’AdBlock de ses concurrents met potentiellement en danger le modèle économique des éditeurs. “Il y a quelques années, en parallèle de mon activité professionnelle, j’ai crée Nonsurtaxe.com, un annuaire de numéros de téléphone non-surtaxés. Si les revenus publicitaires ont fini par dépasser mon salaire, je constatais également que ceux-ci avaient tendance à baisser par rapport au nombre de visites et de vues… Dès lors, pourquoi les internautes, qui commençaient à s’emparer des bloqueurs de publicité, ne verseraient-ils pas les quelques centimes qu’ils pouvaient individuellement générer? C’est ainsi qu’est née, fin 2012, l’idée de SQweb”, indique Thibaud de la Villarmois.

Un nouveau modèle à faire connaître

Après avoir commencé à travailler sur le projet et avoir sondé des communautés spécialisées sur le web, Thibaud de la Villarmois a profité, en juin 2013, d’un plan de départs volontaires, qui lui a notamment permis de financer le démarrage de SQweb. “A partir de là, j’ai crée un logiciel permettant de s’abonner à un endroit donné et valable sur plusieurs sites internet. Mi-2014, 10 sites ont rejoint le réseau, avec 700.000 visiteurs uniques, essentiellement en France”, complète-t-il.

Ce nouveau modèle, qui propose aux éditeurs de percevoir une nouvelle ligne de revenus complémentaire aux revenus publicitaires et aux espaces premium, nécessite un processus d’évangélisation: “en France, il est plus dur de faire changer les choses que dans d’autres pays. Certains éditeurs attendent de constater nos résultats sur d’autres marchés. En Pologne, le plus gros éditeur de sites internet, qui totalise 1 milliard de pages vues par mois, a déjà adhéré à notre concept!”

Un abonnement universel sur le web

Avec son concept de contribution payée par les utilisateurs, Thibaud de la Villarmois aspire à développer une alternative crédible à la publicité sur internet. “On laisse le choix aux utilisateurs de continuer à voir ou non les encarts. Par ailleurs, tout le monde ne pourra pas s’abonner à la version premium de chaque site internet, d’où l’idée d’un abonnement universel. Tout le monde doit pouvoir avoir accès au web, ce que permet la mutualisation des contributions de chaque abonné à SQweb”, explique-t-il. Les éditeurs peuvent changer la morphologie de leur site internet selon le profil des utilisateurs, contributeurs ou simples visiteurs.

Thibaud de la Villarmois s’appuie sur une équipe de 8 personnes évoluant dans son sillage, dont son directeur technique, Pierre Lavaux, rencontré lors de la dernière conférence LeWeb. Etudiant à l’école spécialisée dans le numérique 42, il a pour mission de développer des scripts et plugins les plus acceptables possibles par les éditeurs. SQweb, qui prélève 10 à 15% des revenus reversés à chaque site, ambitionne de convertir 5% du web à sa solution d’ici deux ans. “Il faut être ambitieux!”, clame Thibaud de la Villarmois.

Photo : No ads on direction sign par Shutterstock

Publié dansEconomieEntreprisesServices