ÉconomieEntreprisesManagement

«Les organismes de formation continue doivent gagner en visibilité»

2 min de lecture
Management & Coaching

La start-up savoyarde Born to Learn, fondée par Philippe Malbrunot, entend faire gagner en visibilité les organismes de formation continue, dans un univers marqué par de fortes évolutions réglementaires.

Quel constat vous a incité à créer Born to Learn?

Philippe Malbrunot – En tant que consultant digital et formateur, j’ai noté, il y a deux ans, une réelle demande de la part des organismes de formation pour être plus visibles sur internet et de pouvoir mieux rentabiliser leurs investissements sur le digital. Paradoxalement, les stagiaires me faisaient part systématiquement de leurs difficultés à trouver la formation la plus adaptée à leurs besoins. Passionné par l’expérience utilisateur, j’ai eu l’idée de monter une plateforme faite par et pour les utilisateurs (demandeurs de formation et organismes). D’un autre côté seuls les «gros» organismes étaient bien référencés au détriment de petits et moyens organismes de formation plus locaux. La plateforme permet de donner à chaque organisme sa chance d’être visible sans investissement de départ.

Comment vous positionnez-vous dans l’univers de la formation continue?

Born to Learn est le facilitateur de la mise en relation entre l’offre et la demande de formation. L’idée est de pouvoir proposer aux organismes un service réellement compétitif, leur faire gagner du temps et de l’argent. De l’autre côté l’idée est de simplifier la vie des utilisateurs (actifs et RH). La plate-forme a été lancée pour recruter les organismes en septembre 2016 et s’est ouverte aux demandeurs en janvier 2017.

Comment mettez-vous en relation les internautes et les organismes de formation?

Born to Learn permet de choisir, de comparer les différentes formations et génère automatiquement un devis. Pour éviter de freiner le demandeur dans son parcours, il n’est invité à donner ses informations qu’une fois le devis demandé. Trois devis maximum sont possibles pour éviter une trop grande concurrence entre les organismes, qui eux ne paient que la mise en relation. La plateforme est entièrement gratuite pour les demandeurs qui sont des entreprises petites ou grandes ou des particuliers, salariés, indépendants et demandeurs d’emploi. Pour faciliter l’accès à la formation à ses derniers la mise en relation est gratuite (l’organisme ne paie pas le contact).

De quelle manière le développement du compte personnel de formation (CPF) a-t-il influé sur votre activité?

Le CPF, comme son nom l’indique, personnalise le parcours de formation. Son apparition a coïncidé avec l’idée de développer Born to Learn et a conforté cette idée. Il s’inscrit parfaitement dans notre modèle qui incite le salarié à prendre en charge son parcours professionnel et sa recherche de formation. Un responsable formation peut facilement proposer à ses collaborateurs d’aller sur la plateforme, pour choisir sa formation et générer des devis.

Quel est votre modèle économique et quel est votre modèle de développement?

Le modèle économique est d’offrir la visibilité (sur le web) aux organismes de formation et de se rémunérer sur la mise en relation. La plateforme est gratuite pour les demandeurs (BotC et BtoB). Nous apportons un contact qualifié à l’organisme, générons un devis et bientôt permettrons d’évaluer les formations. Le modèle de développement est de concrétiser de nombreux partenariats avec des start-up proposant des services complémentaires, nous sommes affiliés au Lab-RH, une organisation qui regroupe des start-up innovantes dans les RH.  Nous venons, en ce début d’année, de mettre en place un partenariat avec la startup Monkey Tie qui propose une plateforme web pour faciliter le développement professionnel. Nous avons une quinzaine de services à développer dans les prochaines années et envisageons un développement européen dans les 18 mois.

2797 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

“Les agences de design font preuve de résilience”, souligne Delphine Dauge, de l'Association Design Conseil

Depuis 1988, l’Association Design Conseil regroupe les grandes agences de design. Sa présidente, Delphine Dauge, fait le point sur l’actualité du secteur et sur son adaptation au contexte économique actuel.
EntreprisesIndustrie

"Les consommateurs s'intéressent au café de spécialité, qui peut aussi se développer en CHR", souligne David Serruys, du Collectif café

Les chiffres du café de spécialité restent encore peu connus en France : 800 torréfacteurs traditionnels, 4000 coffee shops. David Serruys, président du Collectif café, décrypte les enjeux de ce marché.
EntreprisesIndustrie

“Bulles de Ruche passe de la phase de lancement à celle des volumes”, explique Marc-Antoine Fulconis

Après avoir levé 1 million d’euros fin 2023, Bulles de Ruche accélère son développement. Créée en 2020, cette start-up parisienne (6 personnes) spécialisée dans la création et la vente de boissons innovantes à base de miel s’apprête à renouveler le packaging de ses différentes références à l’été 2024, Année durant laquelle elle compte atteindre les 100 000 bouteilles d’hydromel, sa boisson phare.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter