ÉconomieEntreprisesServices

OfficeRiders accélère sur le marché du coworking

Office Riders

VIDEO – La start-up parisienne OfficeRiders, qui propose de louer des espaces vacants à des fins professionnelles, renforce son offre à destination des coworkers avec un nouveau site.

OfficeRiders passe à la vitesse supérieure. Lancée en 2015, la start-up, qui propose aux internautes de louer des espaces libres à divers moments de la journée pour y travailler – notamment sous forme de coworking – ou y organiser des événements vient de mettre en ligne son nouveau site. Les membres de la plateforme peuvent désormais interagir en direct avec les hôtes, commander des prestations fournies par les loueurs ou par des partenaires, et identifier d’autres internautes avec lesquels ils peuvent se retrouver pour travailler.

«La fonctionnalité du nouveau site pour le segment co-working permet de doter le site d’une vraie dimension sociale, permettant de rapidement identifier où vont les autres riders et les rejoindre. Nous souhaitons pousser le matching pour permettre une pertinence dans les échanges et les interactions sur la plateforme », explique à Business & Marchés Florian Delifer, CEO et cofondateur d’OfficeRiders. Cette nouveauté doit permettre à la start-up de s’ancrer sur le marché du coworking – environ 5000 postes ont été réservés, par son intermédiaire, en 2016. Le site est également disponible en trois langues.

Une offre de lieux élargie

Créée dans une optique professionnelle, la plateforme segmente désormais ses offres en quatre types de besoins : coworking, réunions, événements et production, afin de s’adapter à l’évolution des usages et de la typologie de sa clientèle. «Depuis notre lancement, nous sommes passés à 1500 espaces listés, et adressons des besoins très diversifiés du freelance (coworking), au groupe du CAC 40 (réunions, événements), en passant par les TPE, start-ups, coachs, consultants, voyageurs d’affaires, ou encore des sociétés de production). Notre offre comprend désormais des ateliers d’artiste, des galeries d’art, mais aussi quelques restaurants, et autres lieux sous-utilisés, recyclés par nos riders», précise Florian Delifer.

Des extras à commander en avance

La vérification des profils des participants et la garantie des locations par un assureur restent de mise. La start-up souhaite en effet simplifier l’accès au coworking, même si celui-ci, ici, est plus atypique que dans un espace dédié. «Un appartement moyen peut vite rapporter jusqu’à 1000 euros par mois», promet la start-up pour achever de convaincre les propriétaires d’espaces. Du point de vue des participants, «le côté smart de notre solution, avec la possibilité de trouver un espace moins cher que les alternatives traditionnelles comparables. Le côté convivial et très flexible, et le côté singulier de nos espaces, tous uniques et personnels. Le nouveau site permet désormais de bénéficier d’extras (petits-déjeuners, déjeuners, boissons, mise à disposition d’équipements etc.) pour enrichir l’expérience», poursuit Florian Delifer.

Des réservations ont déjà été prises à Lille, Lyon, Marseille et Bordeaux, la liste des villes françaises référencées sur la plateforme devant être annoncée prochainement. En attendant, l’équipe d’OfficeRiders s’est amusée à démarcher les Parisiens pour leur demander si elle pouvait devenir travailler chez eux (ci-dessous)… et rappelle qu’il y a besoin d’un intermédiaire de confiance.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pourquoi les chatbots sont devenus des incontournables de la transformation digitale

Dydu édite un logiciel permettant à ses clients de dialoguer avec leurs internautes. Katia Houbiguian revient le parcours des bots et sur leur utilité aujourd’hui.
ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.
ÉconomieEntreprises

Marc Bonneton (Cockorico): “les cocktails prêts à boire peuvent concurrencer la bière”

Démocratiser le cocktail et faciliter ses usages, telles sont les ambitions de Cockorico. Cette marque de cocktails prêts à boire se lance sur le marché, avec Marc Bonneton.

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.