ÉconomieEntreprisesIndustrie

Martini met davantage le cap sur l’apéritif

1 min de lecture

Avec un concept de bar éphémère, le Caffè Torino, et un nouveau bitter, Martini souhaite développer sa présence à l’heure de l’apéritif.

Et si l’on prenait l’apéritif à la Turinoise ? Après avoir présenté son concept de bar éphémère aux professionnels (Cocktails Spirits, Bar Convent Berlin) et au grand public à Edimbourg, Barcelone ou Bilbao, Martini a proposé la semaine dernière aux Parisiens de découvrir son Caffè Torino. Au menu : cocktails, planches et amuse-bouche pour découvrir autrement la gamme, dont une bouteille est ouverte toutes les trois minutes dans le monde, et son nouveau bitter (amer), Riserva Speciale Bitter, qui complète une nouvelle gamme lancée il y a deux ans.

Jérôme Kaftandjian

Jérôme Kaftandjian, city trade ambassador

« De manière classique, le Martini peut se consommer en tonic. Avec nos nouveautés (les vermouths Rubino, Ambrato et désormais leur bitter), nous souhaitons développer les usages en cocktails, en s’appuyant, pour le bitter, sur 23 plantes et épices, dont le safran, la racine d’angostura et du columba. La gamme est actuellement réservée aux professionnels, avant d’être ultérieurement distribuée chez les cavistes », précise à Business & Marchés Jérôme Kaftandjian, city trade ambassador pour Bacardi-Martini.

Au Caffè Torino, le Negroni, cocktail emblématique de la marque, a donc été mis à l’honneur à l’aide des nouveaux produits : Martini Riserva speciale rubino, bitter, gin, quartier d’orange. Aux côtés de cet incontournable du bar, ici revisité, des cocktails plus originaux ont été proposés par une sélection de bartenders, en associant notamment une infusion camomille-romarin et du pamplemousse (Il tonico) ; du jus de tomate épicié, du mezcal, du thym et du whisky (Boss is back), sous la houlette de l’équipe de Big Mamma. Qui a dit qu’une marque créée en 1863 devait rester immobile ?

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

2797 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

"Les consommateurs s'intéressent au café de spécialité, qui peut aussi se développer en CHR", souligne David Serruys, du Collectif café

Les chiffres du café de spécialité restent encore peu connus en France : 800 torréfacteurs traditionnels, 4000 coffee shops. David Serruys, président du Collectif café, décrypte les enjeux de ce marché.
Entreprises

Jean-Charles de Castelbajac redécore 1664 Blanc pour la haute saison printemps-été

Avec un design signé Jean-Charles de Castelbajac et un cocktail créé par Rémi Massai, la bière 1664 Blanc compte asseoir son leadership au cours de la saison printemps-été.
EntreprisesIndustrie

“Bulles de Ruche passe de la phase de lancement à celle des volumes”, explique Marc-Antoine Fulconis

Après avoir levé 1 million d’euros fin 2023, Bulles de Ruche accélère son développement. Créée en 2020, cette start-up parisienne (6 personnes) spécialisée dans la création et la vente de boissons innovantes à base de miel s’apprête à renouveler le packaging de ses différentes références à l’été 2024, Année durant laquelle elle compte atteindre les 100 000 bouteilles d’hydromel, sa boisson phare.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter