Aller au contenu

Comment Micromania se prépare au rush de Noël

Leader de la distribution de jeux vidéo, Micromania réalise un quart de son chiffre d’affaires annuel en décembre. Focus sur l’organisation de l’enseigne à cette occasion.

« Le mois de décembre pèse près de 25% de notre chiffre d’affaires annuel, mais encore davantage dans la part des résultats de l’entreprise », indique à Business & Marchés Laurent Bouchard, directeur général adjoint de Micromania. Avec 440 magasins, l’enseigne est le premier distributeur de jeux vidéo en France.

Le pic d’activité de la fin d’année constitue une « période capitale » pour le réseau, qui doit s’adapter en conséquence. 600 contrats à durée déterminée (CDD) rejoignent à cette occasion les magasins, avec la possibilité de prétendre ensuite à un contrat indéterminé.

« Réussir la fin d’année demande un travail de préparation planifié très en amont. Chaque collaborateur connaît sa feuille de route. En magasin, le conseil et l’accueil de nos clients restent les éléments prioritaires. Mais en cette période, les consommateurs attendent aussi de nous que nous soyons efficaces : les bons produits doivent être parfaitement visibles et accessibles, et les encaissements très rapides », complète Laurent Bouchard.

Des renforts en magasin

De manière habituelle, « l’effectif d’un magasin, qui est fonction de son chiffre d’affaires annuel et de sa taille, varie entre 3 et 5 personnes. Il est toujours constitué d’un responsable, parfois secondé par un adjoint, et d’un ou plusieurs vendeurs, en contrats de 35 heures ou de 25 heures », précise à Business & Marchés Nicolas Humbert, responsable régional de la zone Paris-Est de Micromania. Issu de la promotion interne, il gère 13 magasins, pour un effectif habituel de 60 personnes.

Durant les fêtes, l’activité d’un magasin peut varier « du simple au triple ». Ainsi, au centre commercial Val d’Europe (Seine-et-Marne), « sur un samedi, le magasin peut passer de 100 à 150 passages en caisse journaliers à environ 400 ». Les renforts en CDD sont par conséquent bienvenus. « De base, tout passe par leur embauche, d’une à plusieurs personnes selon le magasin. A Val d’Europe, l’effectif passe de 4 à 8 personnes de fin novembre à fin décembre ». 1 à 3 personnes assurent en permanence l’encaissement, 1 à 2 personnes gèrent les approvisionnements, et plusieurs vendeurs sont prioritairement affectés à une zone du magasin.

Le rôle clef des responsables régionaux

Pour tirer son épingle du jeu, Micromania capitalise sur le conseil. « Le zoning en magasin permet d’avoir toujours une personne pour renseigner nos clients. Nous recrutons des passionnés de jeux vidéo. On peut me parler des jeux, j’y ai déjà joué ou je les connais », ajoute le responsable régional, qui a débuté il y a neuf ans au sein de l’enseigne… à l’occasion de la période des fêtes.

« Ce pic d’activité implique une forte implication personnelle, confie Nicolas Humbert. Les responsables régionaux sont 6 jours sur 7 dans leurs magasins, et aident préalablement les responsables de magasin à recruter leurs CDD. Nous sommes sur le terrain durant les trois dimanches de Noël (nous sommes habituellement de permanence le week-end). Ce dimanche 23 décembre, j’ai ainsi appuyé toute la journée l’équipe d’un de mes magasins. Cela peut être fatigant, mais c’est du pur bonheur ! »

Des « hits » en vue

Pour assurer son succès durant cette période, Micromania « répond à la demande ‘prix’ de ses clients avec des tarifs moins élevés sur de gros titres, comme Call of Duty ou Assassin’s Creed, qui passent de 69,99 euros à 49,99 euros ». Les produits les plus demandés sont rangés de manière prioritaire pour une utilisation rapide. Cette année, « la PlayStation 4, la PS Vita (pour laquelle nous constatons un gros sursaut) et Call of Duty constituent les produits les plus demandés ». Après les achats effectués in situ jusqu’au 24 décembre au soir, la prochaine étape pour le réseau aura lieu dès le lendemain de Noël, avec les retours.

Publié dansEconomieEntreprisesServices