Focus

Objets connectés : Wistiki trace son sillon

1 min de lecture

La start-up Wistiki a lancé son objet connecté, vendu dans les réseaux de distribution.

Après avoir procédé, en mai dernier, à une levée de fonds, Wistiki poursuit son aventure. La start-up parisienne est passée depuis à la phase de fabrication et de commercialisation. Son offre consiste en un objet connecté, sous forme d’un petit boitier, permettant de faire sonner ou de géolocaliser ses affaires. Le boîtier (5×36 mm) peut notamment s’accrocher à un porte-clefs ou à un portefeuille.

Le lancement de la société au moyen du crowdfunding avait permis de « prouver l’intérêt pour le produit », indique à Business & Marchés le co-fondateur de Wistiki, Bruno Lussato. Aujourd’hui, « la chaîne de production a été industrialisée, en France. La plupart des distributeurs, à l’instar de la Fnac, référencent l’objet ». Vendu au prix unitaire de 24,90 euros, le Wist revendique d’être « l’objet connecté le moins cher du marché ». « Il répond à un besoin tout en restant accessible », estime Bruno Lussato, qui envisage déjà une prochaine version de l’appareil, plus fine.

« On reste une start-up », tempère néanmoins l’entrepreneur. D’ici à six mois, l’effectif pourrait passer de cinq à dix personnes.

2731 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

The Oasis House lance des maisons de campagne dédiées aux séminaires d'entreprise

A Egreville, en Seine-et-Marne, La Prairie a ouvert ses portes mi-octobre sous la houlette de The Oasis House, une start-up spécialisée dans la gestion de maisons de campagne dédiées à l’événementiel.
ÉconomieEntreprisesInvestissementServices

La start-up Royaltiz s'ouvre au secteur de la gastronomie, avec Akrame Benallal

Le site Royaltiz, qui propose aux particuliers d’investir sur la carrière de personnalités, étend son champ d’action à la gastronomie, avec le chef cuisinier Akrame Benallal comme première personnalité de cet univers. Aymeric Granet, directeur général de Royaltiz, nous en dit plus.
EntreprisesIndustrie

La Distillerie de Monaco n'aspire qu'à croître

La Distillerie de Monaco voit plus grand. La PME aspire à davantage développer la commercialisation de ses spiritueux.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter