Aller au contenu

A Paris, l’hôtel Monsieur Cadet se relance avec un bar

A Paris, l’hôtel Monsieur Cadet relance son bar. L’établissement vise une double clientèle, de quartier et business.

Situé dans le 9ème arrondissement de Paris, près des grands boulevards, l’hôtel Monsieur Cadet (quatre étoiles) parachève sa relance avec un bar à cocktails conçu par Kévin Ligot, consultant en métiers du bar avec son agence Mixomania. La carte de ce lieu redessiné s’articule autour de quelques offres signatures : « Fumée tonic », un cocktail défini par son créateur comme « très frais » et « Roka », proposant une sensation de cacao sans sucre, sont proposés parmi les cocktails alcoolisés, aux côtés de « Neige d’agrumes » et de « Jardin d’argile » pour les cocktails non-alcoolisés, conformément à une tendance qui se développe largement dans cet univers.

Kévin Ligot - Monsieur Cadet

Ces nouveaux cocktails sont volontairement présentés de manière succinte sur la carte, laquelle propose une offre censée attirer la clientèle du quartier, au-delà des seuls résidents de l’hôtel (29 chambres dont 2 suites). « Chaque cocktail est défini au maximum par 3 ou 4 mots. L’objectif était d’éviter le surplus d’informations. Par ailleurs, la rue Cadet étant piétonne et dotée de nombreux commerces de bouche, nous avons accentué le côté maraîcher du bar », explique Kévin Ligot, qui assurera un suivi de cette nouvelle offre placée au cœur du lobby de l’hôtel.

Le bar de l’hôtel Monsieur Cadet doit aussi répondre aux exigences d’une clientèle d’affaires exigeante, sur laquelle les responsables de l’établissement misent beaucoup. « Le futur de l’hôtellerie, c’est le client business », assure le directeur de l’hôtel, Rachid Saidi. Les multiples événements professionnels qui se déroulent à Paris et dans les environs (avec le salon du Bourget en juin ou le mondial du bâtiment en novembre, par exemple) sont autant d’opportunités pour capter cette clientèle. Pour la séduire, la récente rénovation de l’hôtel a été effectuée selon les codes des années folles.

Publié dansEconomieEntreprisesServices