Aller au contenu

US: de nouveaux signes d'une récession ?

Semaine délicate aux Etats-Unis, où une série d’indicateurs et une réunion de la Fed s’apprêtent à rythmer les décisions des investisseurs. De forts mouvements sont donc à prévoir à Wall Street. « La combinaison des publications du PIB (mercredi), de l’indice ISM d’activité industrielle (jeudi) et du rapport mensuel sur l’emploi (vendredi) devrait apporter une idée de la direction dans laquelle se dirige l’économie sur les six prochains mois« , expliquent les analystes de Lehman Brothers, cités par Le Point. Concernant la table ronde de la Réserve fédérale américaine, celle-ci s’avère attendue dans le sens où elle déterminera la dynamique de la politique monétaire à venir. Les taux d’intérêt ont fondus en huit mois, passant de 5,75% à 2,25%. « La récente amélioration des conditions des marchés financiers devrait autoriser la Fed à réduire son taux de seulement 0,25 point cette fois et ensuite de faire une pause pour évaluer l’effet des précédentes baisses de taux« , commentent les pontes de Lehman Brothers.

Un indicateur de poids est déjà paru; il s’agit de l’indice de confiance des consommateurs établi avec Reuters et l’Université du Michigan. De 69,5 en mars, il a chuté à 62,6 en avril, prouvant une nouvelle fois la dégradation de ce facteur. Il est à son plus bas niveau depuis 1982, lesté par le fait que neuf consommateurs sur dix estiment que l’économie américaine est d’ores et déjà en récession. « L’économie est en récession mais elle s’en sortira temporairement lorsque les remises d’impôt doperont les dépenses des consommateurs. Mais ensuite, nous prévoyons un retour à une période de croissance faible ou nulle au début de l’année prochaine. Une vraie reprise est improbable avant la fin 2009. En effet les baisses d’impôts ne s’attaqueront pas vraiment aux problèmes de fond de la crise actuelle. Les saisies de logements vont augmenter jusqu’au milieu de l’an prochain. Les banques vont devoir panser leurs plaies« , indique à l’AFP le chef économiste de Lehman Brothers, Ethan Harris.

Trois scénarios sont possibles face à une éventuelle récession. D’une part, une courbe en ‘V’, à savoir une chute de la croissance suivie d’une rapide remontée de cette dernière. Sa variante, une courbe en ‘U’, consiste en un phénomène similaire mais la phase de chute s’allongerait. Une courbe en ‘W’, plus accidenté, démontrerait une remontée de la croissance suivie d’une nouvelle chute. Enfin, une courbe en ‘L’ signifierait une croissance en chute libre puis sans réel espoir de progresser à nouveau sur une période déterminée.

La semaine qui s’ouvre s’annonce donc cruciale pour les décisions des investisseurs. Elle donnera, ou non, de nouveaux éléments pour juger de l’entrée des Etats-Unis dans une éventuelle récession. Toujours est-il que les éléments parvenus la semaine dernière ne sont pas pour apporter une touche d’optimisme: les ventes de logements neufs ont dévissé de 8,5% en mars, et les commandes de biens durables de 0,3%.

Publié dansEconomiePolitique éco