Aller au contenu

Trois nouveaux centres commerciaux à l’automne

One Nation Paris, Beaugrenelle et Aéroville enrichiront dès la rentrée l’offre commerciale francilienne.

112 magasins de luxe à prix réduits, à trente minutes de Paris et à dix minutes du château de Versailles… Si la ville des Clayes-sous-Bois ne se distingue guère, à première vue, par son aspect « glamour », elle constitue en revanche un emplacement de choix selon le groupe familial Catinvest. La foncière y inaugurera le 20 novembre prochain One Nation Paris (image), un centre commercial accueillant des enseignes haut de gamme réduisant leurs tarifs.

En permettant aux enseignes de « des produits à prix démarqués dans un environnement qui préserve leur image »,  le centre développe à grande échelle  un concept qui fait depuis treize ans les beaux jours de La Vallée Shopping village, à Marne-la-Vallée. 107 millions d’euros ont été investis pour la construction du bâtiment, dont la décoration et l’offre devraient rappeler, selon ses concepteurs, l’esprit des magazines de mode et des monuments de la région. Il s’agit sans doute du plus original des trois centres commerciaux qui ouvriront à l’automne en Ile-de-France.

One Nation Paris ne sera en effet pas seul à se lancer à la même période : Beaugrenelle renaîtra de ses cendres à Paris, tandis que les abords immédiats de l’aéroport de Roissy accueilleront Aéroville. Ces deux projets, véritables serpents de mer, verront enfin le jour après diverses années de tractations ou d’hésitations. Plus ou moins modifiés par rapport à leurs idées initiales, ils revendiquent également des emplacements « exceptionnels »… le premier étant résolument urbain et le second moins facilement accessible.

Au cœur de Paris…

45.000 mètres carrés seront disponibles dans la totalité du projet de reconstruction du centre commercial Beaugrenelle, dans le quartier du Front de Seine à Paris. Les multiples recours en justice n’auront pas entamé la détermination de ses nouveaux promoteurs, qui comptent proposer à la rentrée 120 boutiques réparties en trois îlots, dont l’un est déjà en service depuis 2008. L’idée, lancée il y a dix ans, a nécessité 450 millions d’euros d’investissement.

18 millions de visiteurs annuels sont attendus, la foncière Gecina, le gestionnaire Apsys et leurs partenaires financiers espérant pouvoir compter sur des clients parisiens, certes, mais également sur les touristes qui fréquentent la tour Eiffel, le musée du Quai Branly ou le Palais de Chaillot, situés dans les environs. Le centre commercial fait parler de lui, depuis quelques semaines, pour son toit végétalisé, tout en contrastes avec les tours environnantes.

… ou des échanges internationaux

Aéroville lorgne pour sa part sur les salariés et les utilisateurs de l’aéroport de Roissy, les habitants des communes environnantes et les automobilistes de l’autoroute A1, à laquelle le centre sera relié. Le projet, développé par Unibail-Rodamco, est axé autour d’un bâtiment de plain-pied renfermant 200 boutiques qui devront proposer leurs concepts les plus récents. Des vitrines « spectaculaires », de 5.60 mètres à 8 mètres de haut, sont par ailleurs annoncées, tout comme un ensemble de services destinés aux passagers en transit.

Egalement accessible en navette depuis l’aéroport et les dernières gares du RER B, le centre commercial de 80.000 mètres carrés est commercialisé à hauteur de 80 %. Devant initialement voir le jour sous les traits de Christian de Portzamparc, il le sera finalement sous ceux de Philippe Chiambaretta, après moult allers-retours sur la concrétisation du projet. 12 millions de visiteurs annuels sont attendus. La fin de l’année promet d’être rythmée pour les promoteurs de ces différents centres, qui promettent tous de jouer une partition différente des équipements existants.

Publié dansEntreprisesServices