ÉconomieEntreprisesServices

Start-up: JonJon’s Coconuts invite la noix de coco en ville

2 min. de lecture
Jonjon's coconuts- Jonathan Vigreux

La start-up JonJon’s Coconuts développe, depuis trois ans, des take-away autour de la noix de coco. Elle a ouvert une boutique fixe, à Paris.

Dans l’une des plus petites boutiques de Paris, rue Réaumur (2ème arrondissement), une échoppe vert flashy se démarque immédiatement de la concurrence. Un code couleur healthy qui sied bien à JonJon’s Coconuts, qui dispose désormais d’un « cocobar » fixe. Au menu : une noix de coco fraîche, la nam-hom verte, disponible dans le sud de la Thailande (9000 unités importées par mois), dont le jus donne une impression de satiété. Des smoothies, des pâtisseries (cookie au thé matcha, banana bread…) du thé et une gamme de cafés complètent l’offre du take-away.

« On fait découvrir la coco aux urbains ! », se félicite Jonathan Vigreux. L’entrepreneur, âgé de 36 ans, a créé JonJon’s Coconuts il y a trois ans. Au fil de ses études de commerce et de marketing, il a notamment travaillé pour Redbull, avant l’autorisation du produit en France, et a pris la direction de la Thaïlande comme disk-jockey. Il y a pris goût à une variété de noix de coco, qu’il a commencé à tester en France sur le marché événementiel. « Pendant la Fashion week de 2015, nous avons fait un carton », se souvient-il. « Je voulais être sur le terrain », ajoute-t-il – il exerçait auparavant une activité de conseil en communication pour les secteurs pharmaceutiques et cosmétiques.

Renforcer le nombre de points de vente

Pour être sur le terrain, JonJon’s Coconuts déploie ses équipes sur des lieux événementiels (concerts, salons, terrasses…) « Nous avons une clientèle de promeneurs », observe Jonathan Vigreux près du métro Sentier, où la boutique a ouvert en août dernier. Auparavant, des pop-up stores à La Défense, à Nice et, cette année, à Bercy Village, ont été déployés. « Nous bénéficions du potentiel instagrammable de notre produit », ajoute le chef d’entreprise (trois associés et trois salariés permanents), qui enchaîne les déplacements entre ses points de vente et les locaux du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis).

L’activité se répartit à 60% dans les bars à coco, 40% en événementiel et 10% auprès des cafés-hôtels-restaurants. JonJon’s Coconuts se fixe pour priorité de développer l’événementiel ainsi que quelques points de vente à fort passage. Une ouverture à la franchise sera étudiée « à moyen ou à long terme ». Selon les appels d’offres, les centres commerciaux et les lieux de voyage sont aussi envisagés. On pourrait aussi, dans quelques mois, retrouver les noix de coco dans le Sud-Est de la France…

2182 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Tendances: avec ces marques, être à la mode, c’est le pied !

La Paris Fashion Week femme aurait dû se dérouler avec ses habituels défilés sur site. Il faudra de nouveau se convertir à une formule largement numérique. Un contexte qui ne décourage pas les créateurs de ces marques, spécialisées dans la chaussure et la chaussette.
Entreprises

A Paris, près du canal Saint-Martin, le Gravity Bar embouteille ses cocktails en attendant la reprise

Durant la période de fermeture, les bars à cocktails font le dos rond. A Paris, la clientèle du quartier du Gravity Bar peut s’approvisionner chaque week-end en drinks à emporter.
Entreprises

Les astuces du Cambridge Public House pour réconcilier cocktails et bière dans son bar parisien

Accorder une belle place à la bière dans un bar à cocktails en renouvellement permanent, tel est le pari du Cambridge Public House, ouvert il y a deux ans à Paris.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter