ÉconomieEntreprisesServices

Sailsquare, la start-up qui connecte les skippers et les vacanciers, arrive en France

3 min de lecture

La start-up italienne Sailsquare, plateforme de mise en relation de skippers et de particuliers, vient d’ouvrir un bureau parisien.

Créée en 2013 à Milan (Italie), Sailsquare met en relation des skippers propriétaires de voiliers avec des particuliers, pour l’organisation de séjours à durées variables. La start-up, qui a réalisé 3,5 millions d’euros de volume d’affaires en 2015-16 et qui a fait naviguer  10.000 personnes ces trois dernières années, a ouvert en février un bureau parisien, dirigé par Maxime Courtaigne.

Pourriez-vous nous présenter Sailsquare?

Maxime Courtaigne — Sailsquare est une plateforme de mise en relation de skippers propriétaires de voiliers avec des voyageurs au sens large, qui repose sur les principes de l’économie collaborative. Nou sommes leaders en Europe, avec des croisières organisées par des skippers locaux partout dans le monde. L’entreprise a été créée avec l’idée de pouvoir organiser différemment ses vacances en voiliers, qui deviennent accessibles au plus grand nombre. Une semaine sur un voilier est comprise de 400 à 800 euros, et de 120 à 200 euros pour un week-end. Les séjours s’effectuent principalement sur une durée d’une semaine (6 jours en moyenne). L’entreprise a été créée en Italie par deux grands passionnés de mer. La société a eu rapidement une résonance internationale, et l’idée était d’ouvrir un réseau à Paris pour consolider sa présence sur un des plus marchés de la plaisance.

Comment mettez-vous en relation les skippers et les clients non-navigants?

L’objectif est de simplifier ce processus. 60% de nos clients n’ont jamais mis les pieds sur un voilier auparavant. Sailsquare a développé trois grands principes : d’une part, une plateforme marketplace dotée de beaucoup de filtres. On peut contacter les skippers et, comme sur un réseau social, on peut aussi suivre la page d’un skipper. D’autre part, les croisières sont pré-packagées : on demande à nos skippers de se référencer sur la plateforme et de proposer des croisières en voiliers à des dates précises, à des ports précis, à un nombre de personnes précis. Jusqu’à présent, il fallait constituer un groupe, trouver une destination, trouver un skipper, le contacter… On a inversé le processus en mettant toute la responsabilité sur le skipper. Enfin, on a proposé la réservation d’une seule place à bord (une couchette). Sur une croisière où il y a 8 places à bord, on sera à bord avec d’autres personnes.

De quelle manière sélectionnez-vous les skippers?

Les skippers sont clefs dans l’organisation de Sailsquare, en étant garants de l’image de marque et de la sécurité à bord. Une équipe de 6 personnes, les skipper specialists, les sélectionnent. Nos skippers doivent être capables d’emmener des passagers payants, avec une prestation de services à la hauteur, suivant notre charte. Ils doivent nous fournir les documents liés à leur expérience de skipper et à leur bateau. On rencontre chaque skipper, notamment par Skype ou par téléphone. Chaque skipper est validé, tout comme chaque séjour ou croisière. Nous les conseillons pour organiser leurs plannings, se structurer… afin qu’ils tirent le maximum de revenus sur leur activité.

Quel regard portez-vous sur vos  premières années d’activité?

Il a fallu trouver ce qui marchait. La croissance a été incroyable au cours des rrois dernières années, avec un volume d’affaires qui a doublé tous les ans. On a fait partir plus de 10.000 voyageurs au cours des trois dernières années. Notre communauté de 50.000 personnes est très engagée, nos clients en parlent autour d’eux. Nous sommes dans l’expérientiel, donc le bouche-à-oreille. Sur le B2B, cela n’a pas encore été développé, mais nous y pensons. Pour fonctionner, nous prélèvons 15% de commission sur les skippers et 5% sur les frais de réservation coté utilisateurs. Au niveau du développement en France, on souhaite proposer une nouvelle façon de concevoir ses vacances, en sortant de la routine, sur un public de 7 à 77 ans avec différentes formules et thématiques de séjours. A Paris, nous recrutons des profils commerciaux, relation client et marketing.

2784 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

“Sober Spirits a réussi à se différencier dans l'univers des spiritueux sans alcool”, se félicite Calixte Payan

Sober Spirits a lancé ses premiers produits en janvier 2022. Cette PME (15 personnes) lyonnaise propose des spiritueux sans alcool, “élaborés à partir de vrais spiritueux”, précise Calixte Payan, son fondateur, après deux ans de recherche et de développement. Parmi ses succès, un whisky bourbon, un rhum et un gin estampillés 0.0%. Retour sur un démarrage en trombe.
EntreprisesIndustrie

Guillaume de Laforcade (Jaillance) : “Des innovations permettent d’inscrire la Clairette de Die dans l’air du temps”

Directeur général de Jaillance, Guillaume de Laforcade expose le plan de développement de cette cave coopérative basée à Die (Drôme), avec des nouveautés pour conquérir les jeunes, et gagner du terrain dans le circuit hors-domicile.
EntreprisesIndustrie

Comment est né Cut&Dry, l'incroyable rhum à la noix de coco produit à la Barbade par Planteray

Planteray (ex-Plantation) a lancé la distribution mondiale de Cut & Dry, un rhum bénéficiant d’une infusion à la noix de coco. Un travail de longue haleine pour parvenir au bon équilibre, réalisé à la West Indies Rum Distillery, à la Barbade.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter