EntreprisesIndustrie

Aux Sables d’Olonne, la brasserie bio Opé se développe malgré la crise

3 min. de lecture
Pierre Brodu - Brasserie Opé - Les Sables d'Olonne

Avec sa large gamme de bières bio et un réseau de revendeurs qui se développe, la brasserie Opé, qui a lancé ses premières références il y a deux ans aux Sables d’Olonne (Vendée), poursuit son chemin.

En avril 2019, la brasserie Opé commercialisait ses premières bières, quatre mois après sa création. Deux ans plus tard, malgré l’impact de la crise sanitaire, l’entreprise des Sables d’Olonne (Vendée) a bien grandi : 260 hectolitres (hl) brassés entre octobre 2019 et octobre 2020, contre 130 hl au cours du premier semestre d’activité. Cette année, l’objectif est de parvenir à 400 hl. Depuis trois mois, un local de stockage supplémentaire, ainsi que l’arrivée d’un brasseur, Clément Piazza, qui épaule le fondateur et dirigeant de la brasserie, Pierre Brodu, permettent de faciliter le déroulement de la production.

Brasserie Opé - Les Sables d'Olonne

“Cette année, de nouveaux clients m’ont contacté directement”, se félicite Pierre Brodu. Les bières de la brasserie Opé sont bio. De quoi plaire à plusieurs réseaux d’épiceries bio, qui se développent, ainsi qu’à des bars-restaurants, notamment sur les plages de Vendée. Autre nouveauté, l’accroissement des commandes en format 75 cl, constaté par de nombreuses brasseries : depuis la levée progressive des restrictions, les consommateurs prennent davantage l’apéritif chez eux, et souhaitent bénéficier de formats plus généreux. Les cavistes sont friands de ce conditionnement. “Aujourd’hui, les jeunes générations sont plus habituées à boire de la bière que du vin”, constate Pierre Brodu.

Une gamme permanente plus étoffée

Nichée dans la zone industrielle des Sables d’Olonne, la brasserie, d’une capacité de 70 hl, ne désemplit pas de projets. Dernier en date, le lancement, courant mai, de la California Common (5,5%), une bière ambrée très séduisante grâce à son goût très peu sucré, ses beaux arômes caramélisés prononcés ainsi qu’une touche mentholée en fin de bouche. Pour l’heure disponible en bouteille 33 cl, elle a vocation à rejoindre la gamme permanente avec un format 75 cl et des fûts selon la demande, avec de premières commandes déjà enregistrées. Une réussite.

Le stout (5,9%) a été médaillé d’or au dernier Concours général agricole, en 2020. La Wheat ale (4,8%) est une american wheat ale, bière de blé, au côté céréalier qui ressort nettement. Une belle occasion de faire le pont avec la summer ale (5%), une bière blonde, elle aussi élaborée avec du blé, avec l’apport du malt Carapils. De belles notes d’agrumes se dégagent de cette bière.

L’IPA offre de généreux arômes de pamplemousse. Quant à la New England IPA (5,5%), un style très en vogue actuellement, celle-ci est brassée à l’aide du houblon Azacca, qui confère des notes de fruits exotiques. Au nez, de belles notes vanillées peuvent être décelées. La bouche présente une belle mâche. “Les recettes évoluent ponctuellement, selon l’approvisionnement en matières premières bio”, précise Pierre Brodu.

Des bières éphémères

Ces derniers mois, la brasserie a multiplié les recettes éphémères, notamment en collaboration avec Smeele, à Luçon (Vendée). Une bière (4,7%) au houblon alsacien Barbe rouge (aux arômes de fruits des bois)  a rencontré un franc succès. L’hiver dernier, un imperial stout (9%), très liquoreux, avec des notes de café et de fruits rouges, a permis d’animer l’actualité des deux entreprises. Une étiquette spécifique de la Summer Ale avait par ailleurs été créée avec le skipper du Vendée Globe Benjamin Dutreux.

Un réseau de consigne

“Lors de la nouvelle fermeture des bars, fin octobre, j’ai dû jeter quelques fûts. Il devait également avoir une belle activité dans la ville avec le départ et l’arrivée du Vendée Globe », regrette Pierre Brodu. Nombre de bars-restaurants étant fermés pendant l’hiver, les bouteilles représentent environ 60% de la production. Les bouteilles vides sont renvoyées au réseau de consigne Bout-à-Bout, basé en Loire-Atlantique, avant d’être réutilisées. Le circuit CHR assure un “bon taux de retour” des bouteilles, les consommateurs grand public étant largement sensibilisés à travers les détaillants.

Brasserie Opé - Les Sables d'Olonne

Prochain challenge : réussir le lancement d’une bière Smash (single malt, single hop), pour introniser l’arrivée du nouveau brasseur. Comme toutes les bières jusqu’alors brassées, elle sera bio et de fermentation haute.

2240 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesFocus

Haku, la nouvelle vodka japonaise de Suntory, arrive en France

Après le whisky et le gin, Suntory renforce son portefeuille de spiritueux avec la vodka Haku, disponible auprès de Campari France Distribution.
EntreprisesFocus

Les astuces du mezcal Bruxo pour davantage se faire connaître

Créée en 2008 au Mexique, la marque Bruxo souhaite populariser la catégorie. Focus sur les spécificités et les ambitions de Bruxo avec Anne-Sophie Vacher, brand manager et brand ambassador Europe.
EntreprisesFocus

Dans le Lot-et-Garonne, la distillerie Du grand nez lance un gin à la truffe

Le premier gin français à la truffe est lancé par la distillerie Du grand nez. Anne-Hélène Vialaneix, cofondatrice de l’entreprise de Nérac (Lot-et-Garonne), nous en dit plus.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter