ÉconomieEntreprisesManagementServices

Pour recruter des managers, les bars-restaurants de Frog mettent en avant la polyvalence du métier

2 min de lecture

L’enseigne de pubs Frog recrute à Paris, Bordeaux et Toulouse. Les postes de managers sont notamment en tension.

Dans les dix établissements de Frog (8 à Paris, 1 à Bordeaux et 1 à Toulouse), l’affiche est en bonne place : plusieurs postes sont à pourvoir, notamment pour assurer du management. Cette enseigne de pubs d’inspiration anglaise, connue pour sa bière maison et ses burgers, recrute, à l’instar de l’ensemble du secteur. “Tout le monde cherche à recruter en même temps. Nous avons 90% de promotion interne, mais cette machine est à l’arrêt depuis deux ans. La formation et le recrutement ne fonctionnaient plus durant la crise. Nous avons dû lancer des programmes intensifs de formation, pour aider nos collaborateurs à évoluer aussi vite que possible”, indique Paul Chantler, PDG.

General manager du Frog at Bercy Village (60 employés, 300 couverts), dans le 12ème arrondissement, Nicolas Giboulot, 34 ans, confirme qu’il n’y a “pas de cloisons” dans son métier. “Il faut être très polyvalent. Je recrute mon équipe, et je m’assure d’avoir les ressources humaines et matérielles nécessaires pour l’exploitation. Je passe les commandes. Il faut aussi veiller à faire appliquer les normes d’hygiène et les standards de service, faire de la promotion interne, atteindre des objectifs de vente et de marges.  Mais avant tout et surtout optimiser l’expérience apportée aux clients”, illustre-t-il.

En poste depuis quelques semaines à Bercy, il était précédemment general manager depuis juillet 2019 au Frog Hop House (35 employés, 190 clients en simultané), près de l’Opéra Garnier. Il a auparavant assuré des postes de shift manager (responsable d’un service, en manageant les ventes, la relation clients et la formation) puis d’assistant general manager (gestion des emplois du temps, commandes, recruitment) au Frog & Underground, un grand bar-restaurant du 2ème arrondissement de Paris. Major de promotion d’une école de commerce, il a également travaillé comme superviseur dans un des plus grands restaurants d’Australie, à Melbourne.

Polyvalence de rigueur

“Une des plus grandes difficultés réside dans la formation des managers, que nous encourageons à devenir polyvalents chez FrogPubs (bar, salle, cuisine, brasserie, management de l’équipe, opérations, marketing, investissements, reportings). Il faut développer des qualités de communication, d’énergie, de générosité, d’écoute et d’auto-évaluation. Malheureusement, la profession a tendance à ne pas bien se vendre, et les gens peuvent sous-estimer le potentiel de ce type de postes.”, appuie Paul Chantler. Différentes journées de découverte des métiers de l’entreprise sont organisées, en cuisine ou en brasserie (FrogPubs fabrique ses propres bières, dans certains pubs et en Seine-Saint-Denis).

Le poste de general manager a connu des évolutions durant la crise, avec un panel de multiples règles qu’il a convenu de faire appliquer, aussi bien auprès des salariés que des clients. Une mission à effectuer avec tact. “Nous avons essayé d’expliquer les règles sanitaires à nos clients en faisant passer les messages de manière la plus agréable possible. Nous devions aussi protéger nos équipes, et nous avons appris à travailler différemment, selon les disponibilités et les contraintes de chacun”, explique Nicolas Giboulot.

Autre mission à remplir : la gestion des réseaux sociaux et des avis postés sur Internet. “Nous sommes très ouverts aux feedbacks, pour identifier là où nous avons échoué. Pour générer une expérience positive, il faut que tout se passe bien lors du service”, rappelle le manager, dont le pub est situé dans un quartier mêlant clientèle de bureaux et clientèle touristique.

2496 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Les smash burgers de Junk passent de la livraison au vrai point de vente, à Paris

Le groupe In My Belly conçoit des plats pensés pour la livraison et la vente à emporter. Sa marque Junk, dédiée aux smash burgers, s’essaie au take away physique, à Paris.
EntreprisesServices

Régis Botta : “le décor d'un restaurant doit être assez fort pour concilier les exigences du service et le confort du client”

Qu’est-ce qui fait l’essence d’un restaurant ? La qualité de sa cuisine, évidemment. L’accueil de son personnel, aussi. L’ambiance, également. Un sujet auquel s’attèle, depuis 2007 puis la création de son agence en 2011, l’architecte Régis Botta.
ÉconomieEntreprisesManagementServices

Martin Malinvaud: “la généralisation du télétravail induit de repenser la restauration d'entreprise”

Food Truck Agency référence plus de 1500 food trucks destinés à répondre aux besoins des entreprises en solutions de restauration. Son fondateur, Martin Malinvaud, nous en dit plus.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter