ÉconomieEntreprisesServices

PicInTouch, la start-up qui retisse du lien grâce aux photos papier

PicInTouch - Start-up courrier

La start-up PicInTouch envoie les photos digitales de ses clients sous forme de courriers à des proches, souvent éloignés.

Tisser du lien familial au moyen des nouvelles technologies, sans pour autant se limiter à une cible de geeks, telle est l’ambition de PicInTouch. La start-up de cinq personnes, créée en 2016 et basée à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), recense 15 000 utilisateurs qui lui envoient 2000 photos par semaine. Ces photos sont imprimées chaque semaine et envoyées à des destinataires préalablement enregistrés, par une personne seule ou une famille, au moyen d’une simple adresse e-mail.

«  J’ai un mari marin et deux enfants. J’ai souhaité concilier la vie de famille et mon job. Mon associée, Aurélie, est dans le même cas : comment donner régulièrement des nouvelles de nos proches ? Il y a un sentiment de facture numérique. Nos grands-parents et nos parents se digitalisent, mais nous faisons revenir le goût du courrier et nous interrogeons notre rapport à l’immédiateté. Nous sommes sursollicités. Le courrier postal, a, de fait, beaucoup de valeur », observe la cofondatrice de l’entreprise, Alix Chambéron.

Des courriers hebdomadaires

Tous les mercredis soirs, les photos reçues par e-mail sont imprimées et mises sous enveloppe. Les premiers courriers arrivent le vendredi et le samedi. Les utilisateurs ont trois mois pour utiliser leurs 20 photos. «  Il y a pas mal d’expatriés parmi nos utilisateurs. Le courrier va plus vite et ne se perd pas. Nous avons également beaucoup de jeunes mamans 25-45 ans dont les parents sont éloignés, parmi nos clients, poursuit Alix Chambéron. Une photo papier peut être plus facilement regardée, conservée. »

Pour se développer, PicInTouch mise sur un meilleur référencement auprès des expatriés, et compte améliorer son interface client.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Start-up : le Barteleur joue la carte des cocktails embouteillés

Proposer des cocktails embouteillés aux professionnels de la restauration et aux amateurs avertis, telle est l’ambition de la start-up parisienne Le Barteleur.
EntreprisesManagement

Les astuces de Snapshift pour convaincre les restaurateurs en quête d’un outil de gestion de planning

Permettre aux restaurateurs de gérer le planning de leurs salariés, disposer d’un panorama des heures effectuées, telles sont les fonctionnalités de Snapshift.
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.