Focus

« La Paris Beer Week n’est pas réservée aux beer geeks! »

2 min. de lecture

Organisée du 22 au 31 mai, la deuxième édition du festival Paris Beer Week entend élargir son public et regroupe de nombreux professionnels.

Du 22 au 31 mai, la deuxième édition de la Paris Beer Week propose une centaine d’événements dédiés à l’univers de la bière, partout dans la capitale.  « Ce n’est pas un événement exclusivement dédié aux ‘beer geeks’ (qui y trouveront néanmoins largement leur bonheur) », précise Kate Robinson, secrétaire de l’association Bières & Papilles, qui organise le festival. Elle répond aux questions de Business & Marchés.

Quels seront les temps forts de cette deuxième édition ?

Nous sommes très fiers de pouvoir proposer le grand final de la semaine à la Bellevilloise, un très beau lieu à Paris. Ils sont d’accord pour remplir tous leurs fûts avec de la bière artisanale pendant la journée du 30 mai, jusqu’au soir. Nous attendons une trentaine de brasseurs cette année; nous avons reçu plus de 70 candidatures pour le concours de bière amateur dont le jury prépare à tout gouter! Nous avons également conclu un partenariat avec Time Out et réalisé une carte des lieux de bières à Paris.

Quel bilan tirez-vous de la première édition de la Paris Beer Week ?

De très bons retours ! Nous avons eu 500 participants au grand final de l’année dernière, une trentaine de brasseurs sur place et une bonne ambiance toute la soirée. Il est difficile d’estimer le nombre de participants à la centaine d’événements organisés pendant la semaine, mais c’était génial de voir ces lieux remplis de gens en train de découvrir de la bonne bière !

Comment les professionnels du secteur peuvent-ils rejoindre le programme de la Paris Beer Week ?

Les professionnels sont invités à prendre contact avec l’association pour nous faire part de leur intérêt. Nous avons mis en place un système de « parrainage » : un nouveau participant organise un ou des événements avec des participants de la première édition. Etant donné que nous sommes une association avec un but plutôt de promouvoir la communauté et le partage (ce n’est pas une vitrine commerciale ni un salon) et que nous sommes tous bénévoles, nous avons opté pour ce système pour permettre aux gens de savoir s’ils souhaitent continuer à s’investir dans le festival.

En quoi consiste la bière du festival ?

La Onze est une bière collaborative élaborée par des brasseurs d’Ile-de-France. Elle a été brassée cette année chez Parisis, à Epinay-sous-Sénart (Essonne), en présence de brasseurs régionaux. Les bénéfices de La Onze sont versés à l’association dans le but de financer le festival. La Onze sera disponsible dans les lieux participants pendant la Paris Beer Week. La recette change chaque année; l’année dernière, elle a été brassée avec onze houblons differents. Cette année, nous avons opté pour une India Wheat Ale brassée avec des houblons américains et français.

Quels sont vos objectifs de participation et de fréquentation ?

Il est difficile de savoir combien de personnes vont participer aux événements pendant la semaine car ils se déroulent indépendamment les uns des autres. Pour l’événement de fin de semaine, nous envisageons au moins 600 personnes à la Bellevilloise. Ce lieu nous permettra d’élargir son public.

Photo : Cécile de la Cave, Brewberry/ Crédit Jean-Marie-Heidinger

A lire également
ÉconomieEntreprises

Bière : comment la brasserie FrogBeer s’est adaptée à la reprise des pubs en terrasse

Les pubs Frog rouvrent leurs terrasses ce 19 mai. La brasserie FrogBeer a accompagné cette échéance en amont, après avoir dû massivement réorienter sa production vers le format bouteille.
EntreprisesServices

HeyTom! incite les restaurateurs à accélérer leur digitalisation grâce à ses solutions dématérialisées

Durant le reconfinement, HeyTom! a offert aux restaurateurs l’accès à son module de click & collect afin de leur permettre de s’adapter…
EntreprisesServices

“Les futurs restaurateurs créeront leur click & collect avant leur établissement”, anticipe TastyCloud

TastyCloud garde le lien avec les restaurateurs et les hôteliers qui recourent à son offre de menus digitalisés. Geoffrey Cuberos revient sur cette success-story, malgré les embûches.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

2 commentaires

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.