Actualité socialeÉconomieEntreprisesServicesSociété

OpenLoge veut faciliter le jobbing dans votre quartier

OpenLoge

Bricolage, ménage, baby-sitting… Lancée en avril 2016, la start-up OpenLoge entend faciliter la mise en relation des particuliers au moyen de «loges», qui organisent l’offre à l’échelle locale. Son président, Alban Beuglet, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer OpenLoge?

Alban Beuglet — Les transports inutiles ! Les offreurs de service passent souvent plus de temps dans les transports que sur le lieu de leur travail. Ce temps est fatiguant, peu gratifiant et non rémunéré. Selon nous, la notion de proximité doit être réelle et le système doit concrètement se structurer autour de la valeur « locale ». (Re)localiser l’offre de services permet ainsi de résoudre de nombreux problèmes inhérents aux services entre particuliers : la confiance, la flexibilité et la réactivité.

Comment fonctionne le service?

OpenLoge est un réseau de conciergeries de quartier connectées. Vous avez besoin d’aide pour du bricolage ou des petits travaux, du ménage, baby sitting, accueil d’un locataire, etc. Vous vous connectez rejoignez la loge de votre quartier (en renseignant votre adresse, vous êtes automatiquement dirigé vers la loge la plus proche de chez vous). Une fois arrivé dans votre loge, vous choisissez de formuler votre demande à votre concierge de quartier ou à un membre de l’équipe directement (chaque membre de l’équipe a été scrupuleusement sélectionné par le concierge et habite dans le quartier). Vous échangez avec l’offreur de service qui vous propose un prix pour l’intervention. Tout est cadré sur le site dans un « suivi de missions ». L’intervention est ensuite réalisée et le montant convenu est débité à réception de la mission. Enfin, vous laissez un commentaire et une note, ce qui permet de confirmer la sélection du concierge et de conserver le caractère communautaire du site.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux offres existantes de jobbing?

Les sites de jobbing traditionnels n’ont pas intégré la sélection à l’entrée. OpenLoge ne fonctionne pas en « auto-inscription ». Nous sélectionnons un concierge qui devient le tiers de confiance local pour lui-même sélectionner des offreurs de service. C’est lui qui crée les profils sur le site.  Ensuite, les sites de jobbing classiques ne créent pas de communauté locale. S’inscrire à une loge OpenLoge, c’est aussi rejoindre une communauté de quartier.  Enfin, l’offre est régulée. Quand vous arrivez dans la loge de votre quartier, le choix est suffisant mais pas trop large. Et si vous ne savez pas choisir, votre concierge saura vous trouver la bonne personne.

Quel est votre modèle économique et quels sont vos objectifs de développement?

Les tarifs affichés sur le site comprennent des frais de service reversés au concierge et au site (18% au total partagés à 50/50). Les tarifs sont fixés librement par les offreurs de service. Concernant nos objectifs de développement, nous avons aujourd’hui 20 loges ouvertes et souhaitons atteindre 70 loges d’ici la fin de l’année et 900 loges d’ici 4 ans. La Ruche qui dit oui va notamment proposer à ses responsables de ruche l’opportunité d’ouvrir une loge. Enfin, pour accélérer notre développement, nous avons ouvert des discussions avec des grands groupes, dans l’immobilier notamment. En développant notre offre directement chez eux, cela leur permettra d’acquérir une proximité supplémentaire avec leurs clients pour leur proposer des services qui viennent dans le prolongement logique de leur offre actuelle.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pourquoi les chatbots sont devenus des incontournables de la transformation digitale

Dydu édite un logiciel permettant à ses clients de dialoguer avec leurs internautes. Katia Houbiguian revient le parcours des bots et sur leur utilité aujourd’hui.
ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.
ÉconomieEntreprises

Marc Bonneton (Cockorico): “les cocktails prêts à boire peuvent concurrencer la bière”

Démocratiser le cocktail et faciliter ses usages, telles sont les ambitions de Cockorico. Cette marque de cocktails prêts à boire se lance sur le marché, avec Marc Bonneton.