Aller au contenu

Matières premières agricoles:les raisons de la hausse

Le débat actuel sur la flambée de certains prix dans le secteur alimentaire trouve notamment sa source dans l’augmentation des prix des matières premières agricoles. Explications

L’embellie des cours semble inexorable. Le monde agricole retrouve des couleurs, à l’exception de la viticulture, et Bruxelles lève progressivement les carcans qui ont encadré le marché pendant de nombreuses années, à l’image de la mise entre parenthèses de la jachère obligatoire pour 2008. En 2006, les revenus agricoles ont grimpé de 17 %. Le cours du blé a crû de 70% en un an, le maïs a pris 52 %, le soja 40 % et la poudre de lait 85 %. Les aléas climatiques ont fortement affecté les récoltes, avec une importante sécheresse en Australie, un hiver rude et long en Russie, un climat difficile aux Etats-Unis et des récoltes en baisse pour certaines denrées. L’impact du phénomène El Nino sera particulièrement surveillé ces prochains mois. Au-delà de ces éléments imprévisibles sur le long terme, des facteurs d’ordre structurel sont à même d’affecter le cours de nombreuses matières premières agricoles. Le rapport de Cyclope, société d’analyse spécialisée dans l’étude des marchés mondiaux des matières premières,  en date de cette année pointe du doigt l’explosion de la demande en provenance des pays émergeants, au premier rang desquels la Chine et l’Inde dans le cadre de la demande de soja et de blé. Le blé profite d’une situation mondiale particulièrement tendue où la demande est supérieure à l’offre et où les stocks sont au plus bas.

Parallèlement à cette hausse de la demande non entièrement satisfaite, la flambée du cours du pétrole, ralentie ces dernières heures par plusieurs indicateurs de nature à satisfaire les marchés de manière temporaire, déclenche une prise de conscience d’un certain nombre d’Etats qui lorgnent sur l’expansion des biocarburants. La production de sucre, céréales, oléagineux et de certaines huiles risque d’être guidée par cette nouvelle donne. Le développement des usages non-agricoles du blé se répercute sur les autres céréales, dans un contexte favorable aux carburants végétaux: selon l’institut Global Insight, le diester et le bioéthanol représenteront 15% de la demande mondiale de carburant d’ici à 2030. Le bioéthanol fait partie de ces énergies vertes. Des cultures de plantes céréalières et sucrières sont fermentées et transformées en sucre, puis en alcool. Un mélange à des produits pétroliers est effectué, puis est incorporé à l’essence, les véhicules équipés Flex Fuel étant le mieux placés pour en profiter.

Les industriels s’adaptent… ou font progresser leurs tarifs

« Cette situation tendue aggrave considérablement le prix de revient des produits alimentaires déjà touchés par les augmentations importantes du prix de l’énergie et des emballages« , indique l’Association nationale des industries agroalimentaires qui n’exclut pas une possible hausse du prix des produits de grande consommation comme les yaourts, les fromages, les crèmes et le lait de près de 5% d’ici à la fin de l’année. Le secteur de la bière est touché par la hausse des cours: pour produire un litre de bière blonde, il faut 200 grammes de malt. Le malt est tiré de l’orge, dont le cours ne cesse de grimper. « Le blé dur, base quasi exclusive des pâtes alimentaires, connaît une situation préoccupante sans précédent depuis plus de vingt ans. Son prix a subi une augmentation de 40 % en l’espace de quelques semaines ce qui se traduira par une forte augmentation du prix des pâtes« , explique pour sa part le Syndicat des industriels fabricants de pâtes alimentaires de France.

Les exploitants de cinéma devront eux aussi revoir leurs tarifs: bien que le pop-corn soit un produit incontournable dans les salles obscures, l’augmenter trop fortement reviendrait à faire détourner la clientèle des comptoirs.

Publié dansEconomie