Économie

Comment fonctionnent les marchés pétroliers ?

Tandis que les cours du pétrole ont atteint ce jeudi un nouveau record à 102,74 dollars pour le pétrole brut américain et à 101,27 dollars pour le Brent de la Mer du Nord (côté à Londres), il apparaît important de faire le point sur le fonctionnement des marchés, au premier rang desquels le Nymex américain. Le West Texas Intermediate a même frôlé le seuil des 103 dollars, à 102,97 USD.

Marché « physique » et marché « papier »

En ces temps de baisse du dollar et de craintes de récession aux Etats-Unis, le pétrole fait office de valeur refuge pour les investisseurs. De nombreux spéculateurs surfent sur ces inquiétudes afin de pouvoir tirer une rapide plus-value de leurs mises. Or, céréales, cuivre, platine: autant de matières premières qui sont concernées par cette tendance haussière.

Depuis quelques années, les volumes d’échange sont jusqu’à neuf fois plus importants sur le marché « physique » que le marché « papier ». Le premier est, d’une part, une place où des transactions à livraisons immédiates ou quasi-immédiates peuvent être effectuées compte tenu du délai d’acheminement des barils, avec un paiement au comptant, et d’autre part un lieu où des transactions à livraison différée, à un prix convenu, sont programmées. Le second concerne les « futures », des contrats à terme, ainsi que des contrats de gré à gré qui peuvent courir jusqu’à quinze ans. Les intentions d’achat ou de vente s’effectuent à un prix fixé, mais sont rarement conclus par des livraisons.

A lire également
Économie

Pétrole: l'Opep face aux conflits politiques

De multiples conflits attisent les cours du pétrole. L’Opep doit, dans ce contexte, redéfinir son rôle.
Économie

Moyen-Orient: crises pétrolières et enjeux géopolitiques

Le pétrole constitue un instrument de négociation sans équivalent pour les pays du Moyen-Orient. Focus historique.
InvestissementMarchés et finance

Impôts à la source: « 12 milliards de perdus en 2010 »

Selon le CEO du groupe britannique Goal, en 2010, 12 milliards d’euros qui devaient revenir aux détenteurs d’actions et d’obligations à l’étranger ont été perdus en retenues à la source non réclamées.

Laisser un commentaire