Aller au contenu

Management : trois enquêtes à suivre

Les sondages relatifs à la vie de bureau se multiplient. Stress, posture et courriels: focus sur trois d’entre eux.

Stress : quels motifs ?

Le cabinet de recrutement Robert Half vient de publier les résultats d’une enquête portant sur le stress au travail, réalisée auprès de 2.187 entreprises de neuf pays européens. Les trois raisons principales sont identiques dans l’ensemble des pays, même si elles apparaissent selon des ordres différents. Pour la France, une « charge de travail plus importante » constitue le premier item cité (52%), une « situation de sous-effectif » étant citée par 38% des répondants, suivie de « collègues désagréables et des commérages malfaisants » (30%).

« Il y a deux types de stress au travail. Celui qui rime avec adrénaline, émulation et challenge : il n’est pas constant et vous transcende. Et puis il y a celui qui est constant et inadéquat : il entraîne démotivation, absentéisme et parfois même dépression. En tant que manager, il est primordial de veiller au bien-être de ses collaborateurs« , analyse Olivier Gélis, managing director de Robert Half International France. Le stress ne constitue toutefois pas une source d’inquiétude pour 13% des managers français ayant répondu à cette étude, puisqu’ils déclarent n’en pas souffir… contre 7% en Allemagne et 3% en Italie, où la situation s’avère donc plus délicate.

Station de travail : debout ?

L’ergonomie s’impose comme une thématique essentielle lors du renouvellement du mobilier d’entreprise. Une étude réalisée par l’American Cancer Society, relayée par le Wall Street Journal, indique que la position assise serait à même de menacer l’espérance de vie, notamment au travail où elle est fréquemment pratiquée. Le risque de mourir prématurément s’accroîtrait de 38% chez les femmes assises plus de six heures par jour. La surélévation des postes de travail ne constitue pas pour autant la solution idéale, l’inconfort et les risques guettant là aussi les salariés. La position idéale résiderait, selon de nombreux spécialistes, dans une posture à mi-chemin, « assise-debout ».

Le principal facteur de risque reste néanmoins l’adoption d’une position statique, comme le rappelle la norme ISO N°9241 qui précise que « l’aménagement du poste, la tâche et le mobilier encouragent l’utilisateur à changer de position ». « Changer régulièrement de posture permet une meilleure circulation du sang, et donc de garder du tonus au quotidien », confirme au Figaro Claudine Steca, en charge de l’aménagement des postes de travail chez Steelcase, qui propose notamment une gamme de chaises adaptées aux professionnels.

E-mails personnels : tolérés ?

Une étude de la société Regus, spécialisée dans l’immobilier d’entreprise, menée auprès de 17.000 clients, fait ressortir que 87% des salariés français déclarent lire leurs courriels personnels au bureau, et 41% à passer des appels privés depuis leur poste de professionnel. Ces chiffres s’élèvent respectivement à 73% et 44% dans les entreprises comptant plus de 500 salariés.

Si de nombreuses sociétés ont instauré des systèmes de filtrage de sites Internet ou placé sous surveillance la connexion de leurs salariés, il en ressort néanmoins une forte porosité entre la sphère personnelle et la sphère professionnelle, l’avènement des smartphones et des terminaux connectés y contribuant également. Les employeurs peuvent lire les courriels personnels adressés sur la messagerie professionnels de leurs salariés, sauf mention contraire (« Personnel ») dans les messages.

Publié dansEntreprisesManagement