ÉconomieEntreprisesIndustrie

Maintenance: comment Brammer s’adapte aux mutations de l’industrie

Brammer

Leader européen de la distribution de services et de produits de maintenance et de réparation dans l’industrie, Brammer offre plus de 3,5 millions de produits individuels à plus de 100.000 clients en Europe. Son directeur marketing et développement pour la France, Bruno Carrier, décrypte pour Business & Marchés les enjeux des mutations actuellement en cours dans le secteur.

De quelle manière les demandes des industriels ont-elles évolué ces dernières années?

Bruno Carrier − Nos clients industriels font face à une concurrence croissante, qui concerne à la fois leur marché, mais également parfois une concurrente entre sites d’une même entreprise. Leur productivité est donc doublement importante pour eux ; à la fois pour la compétitivité de leur entreprise et la performance de leur usine. Ils attendent en conséquence de leur fournisseur une qualité de service qui leur permette d’organiser la continuité de leur production, notamment en cas de panne technique. Mais ils ont aussi d’autres besoins et souhaitent également que leur fournisseur puisse leur proposer des solutions à leur problématique. Au-delà de la qualité de service, et de la compétence technique qui est considérée comme un acquis, ils attendent aussi des propositions innovantes qui leur permettent de développer ou sécuriser un avantage compétitif.

Comment vous adaptez-vous à la baisse des investissements industriels?

Brammer est un acteur de la maintenance industrielle, donc notre activité ne dépend pas uniquement de l’investissement industriel, mais plus fortement de la vitalité de leur production. A ce sujet, les dernières années n’ont pas vu en France une évolution très positive. Néanmoins beaucoup d’entreprises ont fortement réduit leurs stocks de composants techniques après la crise de 2009. Donc si l’activité reprend, des besoins immédiats pour des pièces d’entretien courants se font ressentir. Il appartient alors à des sociétés comme la nôtre de bien pouvoir répondre à ces demandes en apportant le support technique nécessaire pour l’identification des pièces et en ayant soit un profil de stock correspondant à la demande, soit une réactivité d’approvisionnement en s’appuyant sur des fournisseurs de renom.

De quelle manière la digitalisation de l’industrie vous concerne-t-elle?

Nos clients sont également des consommateurs, et la digitalisation de la société modifie aussi leur comportement d’acheteur. De ce fait, nous proposons à nos clients plusieurs solutions d’e-commerce selon leurs besoins. Brammer dispose d’un site marchand, qui permet d’avoir accès à une gamme importante de produits. Pour les clients qui ne souhaitent pas utiliser notre site marchand, tous nos catalogues sont disponibles en format électronique, qui permet d’effectuer une recherche ou bien d’éditer une page précise. Pour certains clients qui souhaitent une intégration plus poussée, nous avons aussi la possibilité de mettre à disposition un catalogue électronique ou un Punch Out. Ceci leur permet d’avoir accès à la gamme définie en commun directement dans leur système et de réduire leur coût de gestion des commandes.

A lire également
EntreprisesSociété

“Les marques d'alcool ont hâte de retrouver les barmen sur le terrain pour relancer la convivialité française ensemble”

Depuis mars 2020, l’activité des cafés-hôtels-restaurants (CHR) alterne entre fermetures et fonctionnement ralenti. Les salons ont été réduits à peau de chagrin….
Entreprises

Vieillissement des eaux-de-vie: Maison Ferrand explore de nouveaux terrains

Avec un projet de barge dédiée au vieillissement dynamique d’eaux-de-vie et le lancement d’une carafe élaborée à l’aide de vieilles réserves de cognac, Maison Ferrand propose de nouvelles expériences à ses clients.
EntreprisesServices

“Nous n'avons jamais recours à un caractère existant pour construire les logos de nos clients”, rappelle l'équipe de Brand Brothers

Identité visuelle, stratégie, branding : Brand Brothers conçoit des territoires de marque mis en valeur par un travail poussé sur les polices de caractère. Interview avec Johan Debit et Jean-Rémi Massery.