Aller au contenu

En Lorraine, la Caisse d’Epargne se numérise à marche forcée

La Caisse d’Epargne Lorraine Champagne-Ardenne boucle son plan de digitalisation.

Face à la révolution digitale qui touche l’univers bancaire, ses acteurs n’ont guère d’autre choix que de s’adapter, sous peine d’être en retard par rapport aux attentes de leurs clients. Encore faut-il également impliquer les collaborateurs de l’entreprise. La Caisse d’Epargne Lorraine Champagne-Ardenne (CELCA, 1.633.809 clients et 2.242 collaborateurs en 2012) a engagé cette évolution de manière simultanée pour les deux parties, à travers 100 projets menés entre 2012 et 2014.

Ceux-ci ont été « menés en interne (back office) et auprès de nos clients (front office). Aujourd’hui, l’ensemble de ces projets ont été achevés. Au-delà de la modernisation, l’enjeu majeur était de diffuser en interne la culture de l’innovation et du digital », explique le directeur de la communication de la CELCA, Stéphane Getto. Chaque dossier client a notamment été numérisé, tandis qu’un service de coffre-fort numérique est désormais disponible. 26 millions de documents ont été scannés et 150 prestations ont été dématérialisées. Un tiers des clients ont opté pour un relevé de compte numérique.

Cette mutation passe aussi par l’inauguration, à l’automne dernier, d’un nouveau siège, situé à Metz. Baptisé La Halle, il constitue « le symbole le plus visible du renouveau de la Caisse d’Epargne Lorraine Champagne-Ardenne », avance Stéphane Getto. Regroupant 260 salariés, le bâtiment se veut entièrement connecté : webcams sur chaque poste, écrans LED dans les couloirs et système de partage d’écran. Pour le communiquant, la caisse régionale « cultive certainement un esprit pionnier dans ce domaine » au sein du groupe, lui aussi engagé dans une démarche similaire.

Publié dansFocus