ÉconomieEntreprisesServices

LittleBigCity compte devenir l’appli référente des sorties à Paris

2 min. de lecture
Little Big City

Dédiée aux sorties, la nouvelle application LittleBigCity débute son périple par Paris, avec un agenda événementiel doublé de fonctionnalités sociales.

Quelques semaines après le lancement d’OfficeRiders, “l’Airbnb” du coworking, le startupper Florian Delifer et son équipe récidivent avec LittleBigCity, un agenda culturel et événementiel doublé de fonctionnalités sociales. L’application, lancée ce mardi 16 juin, fait suite à une précédente expérience en la matière. Florian Delifer répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à lancer LittleBigCity ?

Dans nos villes immenses, on est vite confrontés à une avalanche d’activités et événements… Paris regorge d’expériences, et il n’est pas évident de faire son choix lorsqu’on se se lance à la recherchedu plan idéal pour soi. Les sources d’information sont  désorganisées,statiques et les contenus peu personnalisés. L’application LittleBigCity offre justement un niveau encore inégalé de pertinence et de simplicité dans la manière de découvrir activités et événements. Il est possible de réserver en un clic et d’échanger avec les bonnes personnes.

Comment fonctionnent le site et l’application ?

L’expérience est simplissime : au moment où vous vous connectez et peu importe l’endroit où vous êtes, LittleBigCity propose une prescription personnalisée de plans pour le jour même, ou pour plus tard. Art, culture, fooding, pop-up ou soirées, LittleBigCity couvre tout le spectre du divertissement en ville. La découverte de plans s’appuie sur une sélection de prescripteurs locaux, ainsi que sur une technologie unique d’agrégation de données en temps réel et de prédiction émotionnelle, intégrant des données sociales et comportementales.

Nous proposons des accès exclusifs (invitations…) Les utilisateurs pourront être récompensés pour leur influence via des crédits lorsqu’ils invivent leurs amis à rejoindre certains plans. Les tarifs sont toujours plus intéressants sur l’application et l’accès y est aussi plus aisé (entrée sur liste, etc). Il est également possible d’interagir avec les participants qui partagent les mêmes expériences.

Quel a été le parcours entre le moment où vous avez eu l’idée et le lancement ?

LittleBigCity remplace UP4, une application qui a fédéré près de 30.000 utilisateurs en 2014 sur Paris et qui proposait essentiellement la découverte de lieux dénichés localement par les membres. C’est avec l’ambition d’une technologie et d’une expérience utilisateurs hors-normes permettant de faire de toutes les grandes villes du monde, la petite ville de chacun, que nous avons décidé de donner des ailes à UP4. Ainsi, une équipe internationale, un pied à Paris et l’autre à San Francisco, a permis à LittleBigCity de voir le jour à Paris. L’idée est ainsi née de nombreuses expérimentations.

Quel est votre business model et quels sont vos objectifs de développement ?

Notre focus premier à ce stade est de devenir un réflexe systématique pour tous ceux qui sortent, en proposant l’expérience la plus délicieuse possible et en créant ainsi de l’engagement. On observe déjà une consultation quasi-quotidienne sur plus de la moitié de nos early-adopters. La plupart du temps, ils consultent l’application de manière très spontanée, ce qui nous permet de proposer des offres pour le jour même, au dernier moment (last call), via notre billetterie mobile intégrée. C’est essentiellement sur ces transactions sur lesquelles nous appliquons une commission, que se fonde notre business model. Il est par ailleurs possible de répliquer l’expérience parisienne dans toutes les villes du monde très rapidement. Nous avons ainsi une forte ambition à l’international.

2182 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Tendances: avec ces marques, être à la mode, c’est le pied !

La Paris Fashion Week femme aurait dû se dérouler avec ses habituels défilés sur site. Il faudra de nouveau se convertir à une formule largement numérique. Un contexte qui ne décourage pas les créateurs de ces marques, spécialisées dans la chaussure et la chaussette.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
EntreprisesServices

Supli lève 2 millions d'euros pour connecter plus de grossistes aux pros des métiers de bouche

A trois ans, la start-up Supli accélère. Une levée de fonds de 2 millions d’euros doit lui permettre de développer son service…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.