Aller au contenu

Les banques face aux répercussions de la crise financière

Une étude interne de la BCE révélée par l’hebdomadaire allemand Die Zeit indique que le montant total des dépréciations d’actifs passés par les banques s’élèverait à 320 milliards de dollars. La banque centrale estime par ailleurs le montant des appels au marché pour obtenir de nouveaux capitaux à 230 milliards de dollars.

Ces estimations émanent d’une institution européenne, mais la crise trouve sa source aux Etats-Unis et y fait toujours des ravages. On apprenait ainsi ce mercredi que Wachovia, la cinquième banque américaine, doublait quasiment son évaluation de perte pour son premier trimestre, à 708 millions de dollars. Les salariés du secteur financier sont les premiers concernés par les difficultés des établissements bancaires. Morgan Stanley a fait part en début de semaine de son intention de réduire de 5% ses effectifs en 2008, un agrégat à ajouter aux 3.000 postes supprimés depuis octobre dernier. Selon la chaîne CNBC, Lehman Brothers et JP Morgan préparent eux aussi des plans de licenciements massifs.

« Les États-Unis demeurent l’épicentre du phénomène, le marché américain des subprime ayant été à l’origine du relâchement des normes de crédit et le premier à subir les complications issues des produits de crédit structurés liés à ce secteur. Cela étant, les institutions financières d’autres pays n’ont pas été épargnées, du fait des mêmes conditions financières mondiales pas trop favorables« , expliquait le Fonds Monétaire International dans une note publiée début avril.

Citigroup, établissement bancaire le plus affecté par la crise des subprimes, a pour sa part supprimé plus de 13.000 postes depuis le mois de janvier. A court de capitaux, elle lance actuellement un nouvel appel au marché, le neuvième depuis le mois de novembre. La banque a, lors d’un précédent épisode, eu recours à des fonds souverains auprès desquels elle a levé pas moins de 12,5 milliards de dollars.

Publié dansEconomieMarchés et finance

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire