EntreprisesManagement

Les astuces de Snapshift pour convaincre les restaurateurs en quête d’un outil de gestion de planning

Equipe de la start-up Snapshift - Planning restaurants

Permettre aux restaurateurs de gérer le planning de leurs salariés, disposer d’un panorama des heures effectuées et exporter les données nécessaires à la paie, telles sont les fonctionnalités phares de Snapshift. Cette start-up parisienne compte environ 2500 clients dans la restauration (Ninkasi, Big Fernand…), et a su élargir son vivier de clients à d’autres secteurs (retail, loisirs), qui rencontrent des problématiques similaires. L’entreprise compte 40 personnes, trois fois plus qu’il y a un an et demi ! Paul-François Goriaux, growth manager, nous en dit plus.

Quels sont les avantages de Snapshift pour les restaurateurs ?

L’entreprise a été créée en 2016 par un ancien restaurateur, Olivier Severyns. Snapshift gère toute la partie plannings en respectant la convention collective. La pointeuse est intégrée à l’outil, ce qui apporte une sécurité à l’employeur. La demande de congés est intégrée. Nous sommes aussi liés à plusieurs caisses (l’Addition, Tiller…) pour calculer les ratios de masse salariale et de productivité. On peut aussi relier l’outil aux principaux logiciels de paie. Nous avons environ 2500 clients en restauration, des food trucks aux plus grands groupes; beaucoup de franchisés aussi.

Quelles sont les principales demandes de vos clients ? 

Les restaurateurs cherchent la simplicité, en ne faisant plus leurs plannings sur Excel, ainsi que la garantie de connaître les horaires de leurs employés. Ceux-ci ont accès à leurs plannings en temps réel et à une messagerie interne. Nous avons intégré beaucoup plus de caisses, la pointeuse… Le produit, lui, est devenu beaucoup plus performant et facile à utiliser également. L’application est constamment améliorée. Nous proposons plusieurs tranches de tarification, en fonction du nombre de salariés planifiés, sans engagement.

De quelle manière avez-vous diversifié votre portefeuille de clients ?

Notre challenge est de réussir à proposer notre application à d’autres secteurs, comme la pharmacie, avec une convention différente. Nous questionnons nos clients sur ce qu’ils attendent; mais aussi des syndicats, des associations… Nous avons un pôle customer success qui prend en charge les clients. Nous essayons d’être réactifs aux demandes.

Comment avez-vous géré le confinement ?

Nous avons fait énormément de webinars sur la gestion de la reprise, comment repartir sur des bases saines. Nous avons rendu l’outil gratuit pour les restaurants fermés.

2102 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Restauration: “le risque de défaillances s'accentue pour les établissements déjà en difficulté”

Malgré une bonne reprise cet été dans certaines zones, les bars et les restaurants souffrent du déploiement du couvre-feu. La livraison et la vente à emporter se sont encore davantage développées ces dernières semaines.
Actualité socialeEntreprisesManagementSociété

“En période de crise, l'apprentissage permet de conserver son autonomie”, insiste le CFA du Cnam

Le CFA du Conservatoire national des arts et métiers propose des spécialités tertiaires et techniques. Dans un contexte inédit de crise, l’établissement d’enseignement compte garder le cap. Sa directrice, Anne Bonnefoy, décrypte les enjeux de la rentrée.
EntreprisesServices

Les astuces de la start-up Shanty Biscuits pour rebondir

Shanty Baehrel s’emploie à développer ses biscuits personnalisables à travers Shanty Biscuits. Le concept : des messages déposés sur des petits beurre, et des coffrets dédiés. L’activité B2B fait partie des axes de développement de l’entreprise.