Aller au contenu

Hutch fait buzzer ses hot-dogs grâce à l’événementiel

Hutch Hot-Dogs House s’appuie sur l’événementiel pour gagner en visibilité. L’entreprise mise sur un produit tout-terrain et qualitatif.

Seulement 4 recettes, basées sur un pain au lait de 16 cm, une saucisse poulet de 19 cm, des pickles et des oignons. Hutch Hot-Dogs House propose un produit tout-terrain à travers une forte politique événementielle (festivals, salons, etc.) et deux restaurants, respectivement ouverts en 2012 et en 2013 dans le 10ème arrondissement de Paris. Alexandre Petit, son responsable événementiel, répond aux questions de Business & Marchés.

Près de trois ans après le lancement d’Hutch Hot-Dogs House, quel regard portez-vous sur son développement ?

Presque trois ans après, nous constatons que nos deux magasins fonctionnent. Nous avons rodé nos process, nous avons considérablement travaillé sur le sourcing de nos produits et de nos fournisseurs, nous savons quelles recettes sont les plus appréciées de nos consommateurs. Nous nous rendons compte chaque jour à quel point le hot-dog est un produit apprécié.

Nous nous sommes par ailleurs vite rendu compte qu’il était important – sur ce type de produit – de multiplier les points de contact, et que l’événementiel allait être une partie essentielle pour le développement de l’entreprise (présence de la marque lors de festivals, de lancement de produits, etc.). Nous avons donc investi des moyens importants pour être concurrentiels et performants avec l’achat d’outils tels que des triporteurs, une Vespa, des comptoirs et un food truck.

Les boutiques exercent un attrait sur une zone de chalandise immédiate (et donc limitée). Par ailleurs, on est sur un produit qui se mange en peu de temps, un produit « plaisir » dont on planifie rarement la consommation. On planifie moins sa venue dans une boutique à hot-dogs qu’on ne pourrait le faire dans un restaurant gastronomique par exemple. Pour augmenter notre visibilité, notre notoriété et nos ventes, il fallait donc aller au contact du prospect dans son cadre de vie, sur ses lieux de sorties et de loisirs, et non pas seulement le faire venir dans l’une des boutiques.

Pour en revenir à cette période, quel constat vous a incité à lancer une enseigne spécialisée sur le hot-dog ? Le produit était-il moins « tendance » qu’aujourd’hui, à l’instar du burger ?

Aujourd’hui on pourrait dire que le hot-dog est un produit tendance : d’ailleurs de nombreux restaurants l’incluent à leur carte. Et en même temps il n’est pas si « tendance » que cela, tout reste à développer : force est de constater que très peu d’acteurs de la restauration rapide misent exclusivement sur le hot-dog. Nous ne sommes pas nombreux à ne faire que ça. Cela continue de m’étonner !

En 2012, le marché était encore plus vierge. Nombre de confrères proposaient déjà du burger revisité de nombreuses façons tandis que le hotdog U.S. traditionnel restait très peu développé. Mais les papilles étaient déjà prêtes. Les gens savent en effet ce qu’est un hot-dog, ils connaissent le terme, ils savent à quoi ça ressemble. Nous avons toujours cru au hot-dog car c’est un sandwich que l’on retrouve dans de nombreuses cultures. Même s’il a toujours été dénaturé en France (la fameuse baguette-saucisse) et qu’il reste encore beaucoup d’actions à mener pour qu’il devienne un produit familier.

Vous misez sur l’événementiel, sous différents formats (salons, triporteurs, etc.) Comment cette activité contribue-t-elle au développement, à l’image et au business model d’Hutch ?

Au Zenith de Paris
Au Zenith de Paris

Le hot-dog est un produit trendy et urbain qui s’insère facilement dans tous types d’événements, notamment parce qu’il est facile à réaliser, avec peu de contraintes techniques, ce qui n’est pas le cas du burger. C’est aussi un excellent moyen de se faire connaitre et de nous rapprocher de notre public. Nous travaillons avec de nombreuses marques de streetwear, de boissons et des festivals musicaux qui génèrent un public captif pour nous.

L’événementiel nous permet donc de toucher des secteurs d’activité qui nous plaisent et aussi un public en affinité avec les valeurs que nous véhiculons. Le hot-dog se prête d’ailleurs très bien à l’événementiel. C’est un produit festif que tu peux manger rapidement.

Comment Hutch a-t-il vocation à se développer, dans un contexte concurrentiel accru ?

Après avoir créé nos deux premières boutiques en juin 2012 et juin 2013 nous avons beaucoup misé sur l’événementiel pour le développement de l’entreprise. Les boutiques nous ont apporté une certaine crédibilité en tant que restaurateur, nous permettant d’approcher certaines marques et permis de faire de l’événementiel. A l’inverse, nous comptons aujourd’hui sur la visibilité obtenue au travers des événements pour commencer à créer plus d’établissements et de la franchise.

Notre objectif est donc de continuer à ouvrir d’autres magasins, en propre, ainsi qu’en franchise. Faire du hot-dog est finalement assez simple. Nous avons passé ces deux dernières années à faire d’Hutch Hot-Dogs une marque forte, maintenant nous souhaiterions trouver un partenaire financier pour nous aider à ouvrir les cinq prochaines boutiques en propre avant de penser à la franchise.

Publié dansEconomieEntreprisesServices