ÉconomieEntreprisesIndustrie

Hedgren développe le sac à dos qui recharge vos batteries

2 min. de lecture
Hedgren Connect

Face à l’essor de l’usage des smartphones et des tablettes, la marque de bagagerie belge Hedgren lance une gamme de sacs dotés de batteries. Sa country manager France, Armelle Bouillon, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer la gamme Connect?

Depuis sa création, Hedgren est une marque visant un consommateur actif, urbain et nomade, appréciant les produits fonctionnels et confortables. A l’intérieur de notre équipe, ayant des personnes en perpétuel mouvement, nous avons constaté, remarqué qu’au quotidien (travail, loisirs…) nous ne quittions plus notre téléphone, de tablette et de notre ordinateur… et, qu’au final, tout cet équipement faisait partie intégrante de nous-mêmes ! Nous avons besoin, ou l’on se créée un besoin d’être en permanence connecté, informé et de pouvoir contacter les autres (amis, collègues, etc.), sans oublier les réseaux sociaux qui ont pris une place importante.

Comment une marque de bagagerie peut-elle répondre à un tel problème?

Afin de répondre à nos propres besoins et à ceux de nos consommateurs, nous avons créé Connect pour avoir un compagnon, notamment un sac à dos, un porté de travers, etc… qui permette, sans stress, de rester connecté. Ces produits doivent permettre à leurs utilisateurs de pouvoir transporter leur casque à musique, leurs écouteurs, leur téléphone, leur ordinateur, leur tablette et leurs affaires, tout en ayant une batterie permettant de recharger ces objets à tout moment et de façon agréable. Par ailleurs, notre consommateur type étant actif, nous avons pensé à sa vie active et à la protection de ses données, par la présence d’un système RFID. Nous avons répondu à un nouveau besoin et à de nouveaux comportements !

Comment s’est déroulé le process entre l’idée et la concrétisation des sacs et bagages?

L’idée fût une constatation de nos propres comportements dans l’équipe, et ensuite l’observation de nos contemporains. La concrétisation a commencé en interne en octobre dernier, une fois la décision prise de développer ce genre de produits, par l’intermédiaire de nombreux questionnements et d’une étude de la concurrence éventuelle. Ensuite, notre directeur artistique et les designers ont commencé à imaginer deux profils de produits (un plus trendy, un plus formel) et toutes les fonctionnalités qu’on attendait d’eux. Etant une marque qui défend la fonctionnalité, il convenait d’incorporer nos innovations existantes et d’en inclure de nouvelles. Des prototypes ont, par la suite, été mis en place, nos collègues basés à Hong Kong ayant pour tâche de rechercher des matières, et de faire des prototypes. Enfin, le projet abouti s’est concrétisé et a été fabriqué en juin 2015.

Quels obstacles techniques avez-vous dû résoudre?

Les obstacles rencontrés dans un tel projet qui comporte une partie technique ont résidé dans le bon choix des batteries, des bons câbles, et aussi malgré tout l’esthétisme des produits et une bonne ergonomie. Il nous a fallu également assurer la bonne protection de cet équipement et chercher le bon partenaire pour les batteries (Skross). Par ailleurs, le boîtier clef USB rétractable n’existant pas, il a fallu le créer !

Comment la gamme s’intègre-t-elle dans l’offre d’Hedgren, et quels sont vos objectifs?

Nous sommes une marque au profil design, fonctionnel et confortable. Il était donc presque logique pour nous de développer une telle offre, dans la continuité de ce que nous offrons déjà. Nous développons le concept en marge de notre offre pour pouvoir mettre vraiment en valeur tous les « plus » apportés. Nous souhaitons répondre à de nouveaux besoins, intégrer l’offre du marché du voyage et aussi être présents, à terme, dans les aéroports.

A lire également
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
Entreprises

Comment La Maison du Whisky a refondu son offre de bière artisanale

Avec DBI (Distributeur de brasseurs indépendants), La Maison du Whisky (LMDW) a décidé de refondre son offre de bières. Alexandre Aubertin, chef de groupe, nous en dit plus.
ÉconomieEntreprisesServices

Bars, restaurants, hôtels: à travers le globe, comment l'Experimental Group résiste à la crise

Experimental Group regroupe 500 personnes travaillant pour quinze établissements (bars, restaurants, hôtels) dans sept villes. Retour sur l’année 2020 avec Olivier Bon, cofondateur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

2 commentaires

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.