ÉconomieIndustrie financièreMarchés et finance

« Faire bénéficier de l’effet groupé dans les services financiers »

Entretien avec Maxime Camus, directeur général du nouveau site d’achats groupés Finansemble.

MaximeCamus-BDPourquoi avoir décliné le modèle des achats groupés aux produits financiers ?

Tout d’abord parce que ce service n’existait pas et que Finansemble répond à une attente de la part des établissements financiers comme des consommateurs. En effet, de nombreux établissements financiers sont prêts à rémunérer d’autant plus leurs apporteurs d’affaires que le volume de nouveaux clients est important. Le principe est donc de faire bénéficier pour la première fois aux particuliers de l’effet groupé dans les services financiers en négociant des avantages tarifaires exclusifs auprès de banques et de compagnies d’assurance réputées. Le client final bénéficie d’avantages qu’ils ne pourraient pas obtenir seul face à son banquier ou son assureur.

Quelles sont les conditions proposées aux entreprises partenaires ?

Nous proposons à nos partenaires un modèle à la performance. Par notre intermédiaire, ils peuvent acquérir de nouveaux clients. Les partenaires nous rémunèrent ainsi pour chaque affaire apportée. Notre commission augmente avec le nombre de clients apportés. Les seuils sont définis à l’avance et sont à atteindre lors de campagnes promotionnelles à durée limitée.

Quelle est l’évolution de votre chiffre d’affaires ?

Notre chiffre d’affaires dépend en particulier du volume d’offres proposées et de leur attractivité. Après quatre mois d’activité, nous observons une croissance rapide de notre chiffre d’affaires qui devrait encore s’accélérer dans les prochaines semaines avec la mise en avant de nouvelles offres exclusives. Par ailleurs, nos membres sont incités à parrainer leurs proches. Ils nous permettent de démultiplier la croissance de notre chiffre d’affaires.

Les comparateurs et les apporteurs d’affaires sont régulièrement pointés du doigt par les associations de consommateurs. Comment comptez-vous éviter ces critiques ?

Nous ne dépendons d’aucun établissement financier contrairement à de nombreux intermédiaires financiers sur Internet (comparateurs, courtiers…) Nous sélectionnons ainsi en toute indépendance nos partenaires ainsi que les offres à promouvoir. La réussite de notre aventure dépend de notre capacité à ne promouvoir que les meilleures offres du marché auprès d’internautes très bien informés. Nous sommes bien entendu particulièrement vigilants sur ce point.

La crise affecte-t-elle votre modèle économique et les comportements des internautes ?

Les internautes sont plus que jamais aujourd’hui à la recherche de bons plans dans tous les domaines. La dimension communautaire et participative de notre site attire également de plus en plus d’internautes. Notre site répond aujourd’hui aux préoccupations des internautes confrontés à la crise. A travers la qualité de notre offre de services, nous devons continuer à générer et développer une relation de confiance avec les internautes afin d’accroître le volume de transactions dans le domaine des services financiers via les canaux digitaux.

A lire également
ÉconomieEntreprises

Spiritueux : comment 30 & 40 fait rayonner le savoir-faire du Calvados

30 & 40 s’est imposé comme un des embouteilleurs indépendants les plus en vue. Vincent Béjot, cofondateur, revient sur son développement et sur les enjeux d’une production locale.
ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.
ÉconomieSociété

Christophe Pradère: “la consommation n'est pas immorale, il faut l'aider à devenir plus vertueuse”

Christophe Pradère, CEO de BETC Design, revient sur les enjeux portés par le packaging en vue de la reprise, notamment dans l’univers F&B.

Laisser un commentaire