ÉconomieIndustrie financièreMarchés et finance

« Faire bénéficier de l’effet groupé dans les services financiers »

2 min. de lecture

Entretien avec Maxime Camus, directeur général du nouveau site d’achats groupés Finansemble.

MaximeCamus-BDPourquoi avoir décliné le modèle des achats groupés aux produits financiers ?

Tout d’abord parce que ce service n’existait pas et que Finansemble répond à une attente de la part des établissements financiers comme des consommateurs. En effet, de nombreux établissements financiers sont prêts à rémunérer d’autant plus leurs apporteurs d’affaires que le volume de nouveaux clients est important. Le principe est donc de faire bénéficier pour la première fois aux particuliers de l’effet groupé dans les services financiers en négociant des avantages tarifaires exclusifs auprès de banques et de compagnies d’assurance réputées. Le client final bénéficie d’avantages qu’ils ne pourraient pas obtenir seul face à son banquier ou son assureur.

Quelles sont les conditions proposées aux entreprises partenaires ?

Nous proposons à nos partenaires un modèle à la performance. Par notre intermédiaire, ils peuvent acquérir de nouveaux clients. Les partenaires nous rémunèrent ainsi pour chaque affaire apportée. Notre commission augmente avec le nombre de clients apportés. Les seuils sont définis à l’avance et sont à atteindre lors de campagnes promotionnelles à durée limitée.

Quelle est l’évolution de votre chiffre d’affaires ?

Notre chiffre d’affaires dépend en particulier du volume d’offres proposées et de leur attractivité. Après quatre mois d’activité, nous observons une croissance rapide de notre chiffre d’affaires qui devrait encore s’accélérer dans les prochaines semaines avec la mise en avant de nouvelles offres exclusives. Par ailleurs, nos membres sont incités à parrainer leurs proches. Ils nous permettent de démultiplier la croissance de notre chiffre d’affaires.

Les comparateurs et les apporteurs d’affaires sont régulièrement pointés du doigt par les associations de consommateurs. Comment comptez-vous éviter ces critiques ?

Nous ne dépendons d’aucun établissement financier contrairement à de nombreux intermédiaires financiers sur Internet (comparateurs, courtiers…) Nous sélectionnons ainsi en toute indépendance nos partenaires ainsi que les offres à promouvoir. La réussite de notre aventure dépend de notre capacité à ne promouvoir que les meilleures offres du marché auprès d’internautes très bien informés. Nous sommes bien entendu particulièrement vigilants sur ce point.

La crise affecte-t-elle votre modèle économique et les comportements des internautes ?

Les internautes sont plus que jamais aujourd’hui à la recherche de bons plans dans tous les domaines. La dimension communautaire et participative de notre site attire également de plus en plus d’internautes. Notre site répond aujourd’hui aux préoccupations des internautes confrontés à la crise. A travers la qualité de notre offre de services, nous devons continuer à générer et développer une relation de confiance avec les internautes afin d’accroître le volume de transactions dans le domaine des services financiers via les canaux digitaux.

A lire également
EntreprisesIndustrie

Tendances: avec ces marques, être à la mode, c’est le pied !

La Paris Fashion Week femme aurait dû se dérouler avec ses habituels défilés sur site. Il faudra de nouveau se convertir à une formule largement numérique. Un contexte qui ne décourage pas les créateurs de ces marques, spécialisées dans la chaussure et la chaussette.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
EntreprisesServices

Supli lève 2 millions d'euros pour connecter plus de grossistes aux pros des métiers de bouche

A trois ans, la start-up Supli accélère. Une levée de fonds de 2 millions d’euros doit lui permettre de développer son service…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire