Actualité socialeSociété

Dons : les associations n’exploitent pas assez le Web

2 min. de lecture

Une enquête révèle de fortes marges de progression dans la stratégie Web des associations.

Dans un contexte de baisse des dons caritatifs, Internet ne fait pas exception à la règle. Le nombre de donateurs en ligne est passé de 27 % en 2013 à 22 % en 2014, d’après un sondage réalisé par l’Ifop* et l’agence de communication Limite. Pour tenter de remédier à cette baisse, les associations renforcent leur stratégie numérique : les sites sont davantage optimisés pour la navigation mobile, le référencement payant et la présence sur les réseaux sociaux progressent, et les prélèvements mensuels prennent le pas sur les boutiques en ligne.

Hors AFM-Téléthon, 8,85 % des fonds collectés par les 103 associations passées au crible par l’agence Limite sont issus du Web. Cette part progresse par ailleurs à l’an dernier, tout comme le montant moyen des dons en ligne, qui s’élève à 147,49 euros. En revanche, la part occupée par Internet dans le budget des associations diminue, à 3,26 %.

Une carte à jouer sur Internet

Bien qu’Internet permette aux associations de disposer d’un relais de communication potentiellement puissant, celui-ci révèle encore des marges de progression. 56 % des Français interrogés n’effectuent « jamais » de dons en ligne, et 26 % « rarement ». Les 22 % restants se déclarent toutefois particulièrement enclins à effectuer des dons « classiques », en-dehors d’un événement spécifique. 57 % des e-donateurs passent cependant à l’acte de manière ponctuelle. Le développement des moyens de paiement électroniques représente donc un levier stratégique pour tenter d’accroître la fréquence des dons.

Les e-donateurs remettent par ailleurs en cause la stratégie de communication des associations. 53 % des donateurs en ligne se déclarent trop sollicités sur Internet pour effectuer des dons. De plus, 68 % des e-donateurs indiquent que le fait de donner sur Internet ne les incite pas à devenir bénévoles pour le compte de l’association. Or, ce canal constitue un moyen privilégié de recrutement. Bien que les moyens mis en place par les associations sur le Web se développent, ceux-ci restent, pour l’Ifop, « timides ». « Une exception française qui freine les collectes de fonds d’avenir », commentent les auteurs de l’étude. Et pour cause : 85 % des e-donateurs sont prêts à recommencer.

*Enquête réalisée par Internet du 4 au 18 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 464 donateurs en ligne extrait d’un échantillon de 2.060 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

2206 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Le whisky Bowmore renforce ses efforts auprès des consommateurs français

Avec le lancement de Timeless Series 27 ans et la nomination, à l’été dernier, d’un brand ambassador, le whisky Bowmore intensifie son développement en France.
ÉconomieEntreprisesManagement

“La crise sanitaire est l'occasion de repenser la relation client en se mettant à la place des consommateurs”

Depuis un an, les professionnels de l’hôtellerie-restauration ont dû composer avec de nouvelles procédures sanitaires. Thierry Spencer, directeur associé de l’Académie du Service, décrypte les enjeux de la relation client en période de pandémie.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire