Aller au contenu

Discothèques et bars: comment travaillent les portiers

Si vous comptez faire la fête en discothèque ou au bar, peut-être serez-vous confronté, en soirée, à leurs portiers… Découvrez leur façon de travailler.

Comment travaillent les portiers dans les établissements de nuit ? Pour découvrir ce secteur méconnu, Business & Marchés a interrogé Jon Wilson-Stimson, directeur de la société britannique (basée dans le comté de Rutland, en Angleterre) Stimson Security.

Quelles sont les principales exigences des discothèques et des bars en matière de sécurité?

Les principales demandes formulées à l’équipe de sécurité travaillant dans une discothèque ou dans un bar peuvent changer de forme chaque nuit. La principale préoccupation est la sécurité des clients et du personnel travaillant au sein de l’établissement. Cela exige beaucoup d’attention à la fois à l’intérieur de la salle, à la recherche d’incidents qui pourraient se développer, et à l’extérieur par rapport aux personnes qui souhaitent entrer.

Quels sont les principaux risques que vous devez gérer?

Les risques principaux sont les atteintes physiques au personnel et aux clients. Mes équipes fonctionnent selon les règles encadrant la supervision des lieux. Les personnes alcoolisées et causant des ennuis doivent être identifiées et sorties de l’établissement, d’abord en leur demandant de quitter les lieux et de les raccompagner, et si les besoins de les expulser physiquement. Ceci est fait pour leur sécurité et celle des autres convives.

Comment vos équipes gèrent-elles les incidents?

Les équipes situées à la porte sont le premier point de contact pour le client. Il faut être poli mais ferme. Lorsque vous devez gérer un incident, les équipes doivent toujours essayer de désamorcer toute situation et ne pas contrarier leurs interlocuteurs. Il faut toujours veiller à être professionnel. Par ailleurs, au Royaume-Uni, la plupart des sites vendant de l’alcool ou travaillant doivent contrôler leurs entrées afin de pouvoir poursuivre leur activité. Dans la plupart des cas, cela est également utilisé comme un effet dissuasif sur les fauteurs de troubles.

Publié dansActualité socialeSociété