ÉconomiePolitique éco

Crise : les patrons de TPE-PME n’entrevoient pas d’amélioration

1 min de lecture

Pessimistes, les dirigeants de petites entreprises ne prévoient pas d’investir au cours des prochains mois.

Pour 84% des dirigeants de très petites entreprises (TPE) et de petites et moyennes entreprises (PME), la situation économique et sociale, au regard de la France et des Français, a tendance à aller plus mal que lors de la précédente enquête, réalisée au printemps.

Le dernier baromètre du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables, réalisé par TNS Sofres, témoigne d’une inquiétude certaine auprès de cette population : 57% des patrons de PME (60% dans les TPE) se déclarent pessimistes quant à la situation économique de leur secteur d’activité.

Ces chiffres, qui rejoignent de précédentes enquêtes faisant état d’un manque de visibilité, complètent un panorama particulièrement sombre. Pour 25% des dirigeants de PME (28% dans les TPE), la situation de leur entreprise s’est détériorée au cours de l’été. Les plus grosses structures semblent mieux armées pour affronter la crise : alors que 54% des patrons de PME font part de leur optimisme quant aux perspectives à un an de leur société, 53% de leurs homologues des TPE se disent pessimistes.

A l’instar des professionnels de l’immobilier, les dirigeants sondés lors de cette étude sont prudents en matière de développement : 60% des patrons de PME et 87% des patrons de PME n’ont pas prévu d’investir au cours du semestre à venir, ces indicateurs étant en hausse par rapport à la précédente vague. L’hypothèse d’une sortie de crise ne semble donc pas d’actualité. Le niveau des effectifs devrait rester stable dans les entreprises, 71% des dirigeants de PME ne prévoyant pas d’évolution au cours du trimestre.

Enfin, le concept des « contrats de génération » porté par François Hollande semble séduire les chefs d’entreprise interrogés : pour 63% des dirigeants de PME – un chiffre qui s’élève à 70% pour leurs homologues des TPE – il s’agit d’une « bonne idée ». Cette dernière information tranche l’actualité de ces derniers jours, notamment incarnée par le mouvement des « Pigeons ».

2495 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

A vingt ans, le whisky breton Eddu, à base de blé noir, cultive sa singularité

Avec le lancement d’Eddu Tourbé, la Distillerie des Menhirs fête les vingt ans de son emblématique gamme de whiskies, au blé noir. La PME se développe dans un contexte chahuté.
ÉconomieEntreprises

Comment Castarède, la plus ancienne maison de négoce d'armagnac, traverse la crise

Créée en 1832, la maison Castarède, négociante et productrice d’armagnac, souffre des restrictions liées au commerce et de la fermeture des CHR. Elle dispose par ailleurs d’une gamme dédiée aux bars à cocktails.
ÉconomieEntreprises

“L'Etat ne peut ignorer les conséquences économiques et sociales de la fermeture des bars-restaurants”, alerte Paul Chantler (FrogPubs)

Exploitant de dix bars-restaurants et d’une brasserie, Paul Chantler alerte sur les difficultés financières de FrogPubs, et élargit le débat à l’ensemble du secteur. Les acteurs du CHR génèrent des externalités positives que l’Etat doit prendre en compte, indique-t-il.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire