ÉconomieEntreprisesServices

CompareAgences veut restaurer la confiance entre les acteurs de l’immobilier

2 min. de lecture

La start-up parisienne CompareAgences propose un service de mise en relation entre les particuliers et les agences immobilières.

Arthur-CassagnauLe site Internet CompareAgences compte proposer, dans l’immobilier, des données fiables aux acheteurs et la garantie, pour les vendeurs, de trouver l’agence la plus avantageuse et la plus pertinente. Arthur Cassagnau, son président, nous présente le service.

Quel constat vous a incité à créer CompareAgences ?

Vendre une maison n’a jamais été de tout repos. Un vendeur, aussi motivé soit-il, passe par des moments d’incertitude et de découragement. Pourquoi ? Les causes sont différentes pour chaque projet, mais on peut tout de même dégager certains éléments communs. Lorsqu’on souhaite vendre seul on fait face à une montagne de démarches, on a du mal à trouver des acheteurs. Lorsqu’on souhaite passer par une agence immobilière, on ne sait pas laquelle choisir tant l’offre est pléthorique. Et puis il y a bien sûr la crainte de confier son bien à quelqu’un qui manquerait de professionnalisme. Nous en avons fait l’expérience, d’où l’idée de créer un site à destination des particuliers leur permettant de comparer les performances des agences immobilières et de retrouver des informations jusqu’alors inédites sur les professionnels de leur quartier.

Comment s’effectue la mise en relation entre les particuliers et les agences immobilières ?

CompareAgences est une plateforme de rencontre. D’un côté il y a l’aspect technique, avec un comparateur (qui fonctionne grâce à un algorithme avancé) et de l’autre côté, l’aspect conseil et suivi client qui est au cœur de notre métier d’intermédiaire. Nous aidons les vendeurs à qualifier leur(s) projet(s) immobilier(s) et nous les guidons vers le ou les professionnel(s) le(s) plus à même de le(s) réaliser. L’unicité d’un projet se définit par la nature du bien, sa localisation et les objectifs fixés par le vendeur. L’idée est de lier chaque projet avec le professionnel le plus qualifié pour le concrétiser. Les agences sont donc sélectionnées par rapport à leurs performances en termes de spécialisation sur une zone donnée pour un type de bien donné et par rapport à leur efficacité dans le temps (délais de vente).

Quel est votre modèle économique ?

Tous les services que nous proposons sont gratuits pour les vendeurs et les acheteurs. Les agences immobilières avec lesquelles nous mettons les vendeurs en relation nous rétribuent une part minoritaire de leur commission seulement en cas de succès de vente. Et c’est parce que nous sommes conditionnés par le succès de la vente que nous recommandons exclusivement les meilleures agences afin de les optimiser.

Quels sont vos objectifs de développement ?

Nous avons pour ambition de restaurer le climat de confiance entre les particuliers et les agents immobiliers. Cela passe notamment par la transparence tarifaire et l’accès aux données sur les performances des agences. Par ailleurs, nous désirons renforcer notre place au cœur de la transaction. Nous développons donc actuellement une application mobile qui permettra au vendeur de suivre en direct l’état d’avancement de sa vente. L’immobilier prend actuellement un virage numérique et nous souhaitons apporter notre pierre à l’édifice en mettant également à disposition des agents immobiliers une application dans laquelle ils pourront suivre l’évolution de leurs ventes et garder le contact constamment avec leurs vendeurs. Un déploiement à l’échelle nationale est également prévu dans le courant de l’année.

2425 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Grâce à sa machine, la start-up Kuantom fait essaimer le cocktail sans barman

Conçue pour les établissements sans barmans attitrés, Orkestra, la machine à cocktails de la start-up Kuantom, est commercialisée depuis un an. L’aboutissement de six ans de R&D.
EntreprisesServices

Fortes ambitions pour les robots cuisiniers d'entreprise de Bolk

La start-up Bolk entend installer, dans les entreprises et lieux de trafic, des robots permettant de réaliser et de personnaliser des bols repas à l’heure du déjeuner. Elle vient de lever 4 millions d’euros.
Entreprises

Le nouvel apéritif sans alcool Osco mise sur sa recette au verjus pour se différencier

Pas de désalcoolisation, mais du verjus (jus de raisins verts récoltés avant maturité) pour le nouvel apéritif Osco, sans alcool.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.