ÉconomiePolitique éco

Collectivités locales: sols, commerce de proximité et pêche

Deux fois par mois, Problématiques.fr propose une revue de presse de l’actualité en région : les faits, les entreprises, les collectivités et les enjeux. Cette séquence est destinée à s’enrichir par le biais de vos contributions.

Les sols dans un état médiocre. Une étude de l’Institut national de recherche agronomique (Inra) a mis en exergue les problèmes liés aux terres arables, qui peuvent être labourées ou cultivées. Elles ne se renouvellent pas rapidement. « Il n’y a aucune situation catastrophique au point qu’il faille alerter les populations locales. 20 % à 25 % des terres arables françaises subissent une érosion qui ne pourra pas être supportée durablement », explique au Monde Dominique Arrouays, de l’unité Infosol de l’Inra. Le nord du Bassin parisien et la Picardie sont les régions les plus touchées. Les principaux polluants recensés dans les sols sont le plomb, qui peut être d’origine naturelle ou industrielle, et le lindane, un pesticide interdit en 1998 qui a été retrouvé même dans les zones où il n’a pas été utilisé. Les chercheurs mettent par ailleurs en garde contre la « bétonisation » galopante, qui affaiblit les fonctions environnementales des sols.

Comment revitaliser le commerce de proximité ? Les commerces de centre-ville peinent, depuis de nombreuses années, à séduire une clientèle active plus encline à tout trouver sous le même toit, notamment en périphérie. « Cette croissance anarchique constitue certes une cause, mais elle ne doit pas cacher un certain immobilisme des commerçants : on doit s’adapter aux besoins et à l’évolution des comportements des consommateurs », indique à Sud Ouest Josée Bayle, présidente de l’association des commerçants de Périgueux (Dordogne).

L’aide du Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce est attendue avec impatience afin de présenter, sous un vaste chapiteau, l’ensemble de l’offre du centre-ville. Cette première étape d’une revitalisation indispensable s’accompagnera de la mise en place d’une cellule de prévention au sein du tribunal de commerce local. Une société d’économie mixte sera mise en place pour superviser l’action des 800 commerces et artisans de Périgueux, une structure dont la gestion relèvera de la municipalité.

A Castanet-Tolosan, en Haute-Garonne, c’est aussi la mairie qui pilote la transformation du centre-ville. Une piétonisation massive du cœur de ville a été engagée, pour un montant de 1,5 million d’euros sur quatre ans. L’aspect environnemental a autant primé que la volonté de rendre aux piétons la liberté d’aller et de venir entre les boutiques, dans un large périmètre. Cette mesure, déjà testée et approuvée dans de multiples communes, constitue un des moyens vérifiés de stopper l’hémorragie avant, dans un second temps, de tenter de regagner des clients. Les centres commerciaux suscitent toujours l’inquiétude. Ainsi, Marques Avenue a reculé sur un nouveau projet dans l’agglomération de Beaune (Bourgogne). 89 % des commerçants avaient notamment signé une pétition défavorable à cette installation.

Normandie : la pêche en danger. « Nous allons mettre sur pied des aides temporaires pour maintenir les entreprises à flots sous forme de garanties de crédits ou de crédits », confie à Ouest-France Frédérique Heurguier, conseillère régionale PS de Basse-Normandie. Le secteur de la pêche doit faire face à des difficultés financières liées en partie à la raréfaction des ressources, la hausse des prix du carburant et des difficultés de commercialisation. Deux des treize coopératives bas-normandes, jouissant d’une certaine puissance, ont été placées en redressement judiciaire. La situation inquiète la filière dans la mesure où un système d’interdépendance, avec une Organisation des producteurs, a été instaurée.

Marne : un réseau de transports inadapté. La Communauté de communes de la région de Château-Thierry, dans la Marne, compétente en matière de transports à hauteur de cette agglomération, a divulgué les conclusions d’une étude lancée sur le réseau de transport. Les premiers résultats font état d’un réseau insuffisamment fréquenté, au coût élevé pour la collectivité et desservant insuffisamment le territoire. Cet exemple, qui pourrait être appliqué à d’autres villes, établit le lien entre la nécessité de moyens de transports et leur adaptation à la demande réelle des usagers. Afin d’améliorer l’efficience du service, un dispositif de lignes virtuelles, qui pourraient être mises en service en fonction des demandes effectuées auprès d’une centrale de réservation.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieSociété

Marketing territorial : cet été, le Lot s'affiche pour gagner en notoriété

Pour la première fois, le département du Lot déploie une grande campagne d’affichage à destination des urbains (5 faces dans les couloirs…
ÉconomieServices

L'agglomération de Grand Cognac réaffirme sa vocation touristique

Célèbre par l’intermédiaire de son spiritueux, le territoire de Cognac aspire à devenir une destination touristique à part entière, avec de nouveaux équipements.
Actualité socialeÉconomieEntreprisesSociété

A Val d'Europe, Disney va aller encore plus loin

Euro Disney ne se cantonne pas qu’au développement de ses parcs d’attractions. Francis Borezée fait le point sur les nouveaux projets du Val d’Europe.

Laisser un commentaire