ÉconomieEntreprisesServices

Cocolis veut encourager le transport de colis entre particuliers

1 min de lecture
Colis

La start-up parisienne Cocolis compte faciliter le transport de colis entre particuliers en s’appuyant sur les principes de l’économie collaborative.

330 millions de colis sont envoyés chaque année en France! Forte de ce constat, Eliette Vincent, avec ses associés Julien Lardé et Benjamin Guimberteau, a lancé en août dernier Cocolis, une plateforme destinée à faciliter le transport d’objets entre particuliers. Elle répond aux questions de Business & Marchés.

Comment mettez-vous en relation les particuliers pour le transport de leurs objets?
La mise en relation se fait par l’intermédiaire du site. Les particuliers, qu’ils aient un colis à envoyer ou un trajet à proposer, déposent une annonce en quelques secondes. Les annonces sont accessibles via un moteur de recherche multi-critères (lieu de départ, d’arrivée, date…). Les particuliers peuvent s’envoyer des messages publics ou privés avant de conclure leur accord.

Quelles garanties apportez-vous aux expéditeurs?
Nous nous efforçons de réunir une communauté de confiance. Au moment de l’inscription, nous nous assurons de l’identité des membres en vérifiant notamment leurs emails et leurs numéros de portable. Leur sérieux est ensuite évalué par les autres membres au travers d’un système d’avis et de notation. Garantir la sérénité de chacun de nos utilisateurs, même en cas de pépin, est essentiel pour nous. Aussi, nous proposerons prochainement une assurance pour les biens confiés.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux messageries traditionnelles?
Cocolis est une alternative économique et pratique aux messageries traditionnelles. Tout le monde s’y retrouve: les uns payent moins cher leur envoi et les autres remboursent une partie de leurs frais de transport, tout en rendant service.

Quel est votre business model, et comptez-vous lancer une offre destinée aux professionnels?
Nous nous rémunérons sous la forme de frais de service prélevés sur les transactions, afin de financer les investissements de fourniture et d’évolution du site. Nous n’excluons pas la possibilité de développer une offre adressée aux professionnels. Cependant, étant donné que le lancement est assez récent, notre priorité est le développement de l’offre pour les particuliers.

Photo : Hands to receive a parcel par Shutterstock/Koosen

2797 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

“Les agences de design font preuve de résilience”, souligne Delphine Dauge, de l'Association Design Conseil

Depuis 1988, l’Association Design Conseil regroupe les grandes agences de design. Sa présidente, Delphine Dauge, fait le point sur l’actualité du secteur et sur son adaptation au contexte économique actuel.
EntreprisesIndustrie

"Les consommateurs s'intéressent au café de spécialité, qui peut aussi se développer en CHR", souligne David Serruys, du Collectif café

Les chiffres du café de spécialité restent encore peu connus en France : 800 torréfacteurs traditionnels, 4000 coffee shops. David Serruys, président du Collectif café, décrypte les enjeux de ce marché.
EntreprisesIndustrie

“Bulles de Ruche passe de la phase de lancement à celle des volumes”, explique Marc-Antoine Fulconis

Après avoir levé 1 million d’euros fin 2023, Bulles de Ruche accélère son développement. Créée en 2020, cette start-up parisienne (6 personnes) spécialisée dans la création et la vente de boissons innovantes à base de miel s’apprête à renouveler le packaging de ses différentes références à l’été 2024, Année durant laquelle elle compte atteindre les 100 000 bouteilles d’hydromel, sa boisson phare.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter