Aller au contenu

Ces agriculteurs landais cultivent le marketing du chou

Depuis 2011, le groupe landais Larrère, qui possède 9 fermes, cultive en exclusivité pour l’Europe un chou blanc japonais, le Choudou, devenu le fer de lance de son développement à l’aide d’une bonne dose de marketing.

Connaissez-vous le Choudou? Ce chou blanc d’origine japonaise, destiné aux « estomacs sensibles et aux cuisiniers pressés », compte conquérir le cœur des consommateurs français sous la houlette des Fermes Larrère, un ensemble de 9 exploitations (4 en agriculture conventionnelle raisonnée et 5 en agriculture biologique) dont le siège est situé à Liposthey, dans les Landes.

« Nous avons réussi à implanter en France ce produit, que nous produisons en exclusivité pour l’Europe depuis 2011. Nous avons trouvé la graine auprès de son obtenteur (Kouki) et marketé ce produit légèrement sucré, qui n’a pas besoin d’être blanchi », précise le producteur-dirigeant des Fermes Larrère, Patrick Larrère. Appliqué aux légumes, le terme de marketing n’est, pour le chef d’entreprise, pas un vain mot : son chou dispose d’un logo dédié, d’un site internet, de plaquettes de communication (« Si chou et tellement salade« ) et d’une participation réussie auprès du jury des Saveurs de l’année. « Notre métier est de produire des légumes à destination d’un marché. Nous avons sélectionné un produit qui se consomme aussi bien cru que cuit, à très longue conservation, disponible en grande distribution et, pour les professionnels, en cash & carry », poursuit Patrick Larrère.

Des terres au Portugal

Avec ses 320 employés (permanents et saisonniers), l’entreprise, créée en 1981, mise sur le développement en cafés-hôtels-restaurants de son produit phare pour poursuivre sa croissance dans un secteur très concurrentiel. « Nous devons en permanence rechercher de nouveaux débouchés, pour continuer à nous développer », indique le dirigeant, qui se satisfait notamment d’avoir développé une gamme bio, en grandes cultures, dès 1998 avant de l’étendre aux légumes cinq ans plus tard (6000 tonnes produites sur 700 hectares). Dernier volet en date de cette stratégie : l’achat de terres agricoles, au Portugal, pour pallier aux éventuelles difficultés d’approvisionnement en légumes, au premier rang desquels le Choudou.

Publié dansEconomieEntreprisesFocus