Focus

Cargill fait évoluer son management

1 min de lecture

Le géant américain des produits agricoles remanie sa direction.

David MacLennan (photo), âgé de 54 ans, prendra la tête du groupe de négoce en produits agricoles Cargill le 1er décembre prochain. Il remplacera Grégory Page, qui, à l’âge de 62 ans, a démissionné de ses fonctions avec trois ans d’avance par rapport à l’échéance obligatoire. Grégory Page, qui a occupé le poste de président entre 2000 et 2011, continuera d’officier dans le groupe en tant que président exécutif et de diriger le conseil d’administration.

Président de Cargill – fonction qu’il conservera – et directeur de l’exploitation depuis 2011, David MacLennan est entré dans la société en 1991. Il y a occupé divers postes de direction, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Suisse, avant d’être promu au rang de directeur financier en 2008 et d’être élu, à cette occasion, au conseil d’administration.

« Au cours des dernières années, j’ai eu l’occasion de travailler en étroite collaboration avec David, en particulier dans ses fonctions de directeur financier et chef de l’exploitation, et j’ai été impressionné par son leadership, sa vision, et la largeur et la profondeur de son connaissances et d’expérience », a indiqué Grégory Page.

Cette réorganisation intervient après les mouvements intervenus chez Louis Dreyfus Commodities et Bunge en juin dernier. Ces entreprises constituent, avec Archer Daniels Midland, le groupe « ABCD » des géants des produits agricoles. Cargill a enregistré des résultats décevants en 2012, tandis que le bénéfice net de Bunge a fortement reculé au deuxième trimestre.

A lire également
EntreprisesIndustrie

Avec une boutique à Paris, Ricola développe son univers de marque

Pour la première fois, Ricola s’implante dans sa propre boutique, dans le Marais, à Paris. Un moyen pour la marque suisse de s’adresser directement à ses consommateurs.
Entreprises

Pour dépoussiérer son image, l'armagnac passe derrière le bar

L’armagnac souhaite sortir des frontières de l’apéritif. Idées de cocktails, nouveaux flacons et produits plus jeunes seront davantage mis en avant.
Entreprises

Pourquoi les produits d'épicerie fine ont toujours le vent en poupe

Malgré l’inflation, l’épicerie fine a le vent en poupe. 94% des Français perçoivent ces aliments comme des “produits de luxe”, d’après une étude réalisée pour Gourmet Sélection. Ce salon professionnel, organisé mi-septembre, a réuni 338 entreprises et marques. La preuve du dynamisme du marché, observe Jean-Gabriel Mollard, directeur marketing et communication du pôle food B2B de Comexposium.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire