EntreprisesServices

Autour de Paris, les déjeuners livrés de Nestor se renouvellent et élargissent leur bassin

3 min de lecture
Nestor - Plat au déjeuner livré à Paris

Zone de livraison prochainement élargie, concept de menus entièrement repensé, offres destinées aux télétravailleurs : la start-up Nestor s’adapte aux nouvelles tendances du déjeuner.

Du nouveau chez Nestor. Créée en 2015, la start-up spécialisée dans la livraison à l’heure du déjeuner de repas préparés le matin même avec des produits frais et de saison, à Paris et en petite couronne, dans ses propres cuisines, a fait évoluer son offre à l’automne dernier. Le principe d’un menu unique reste intangible. En revanche, plus de diversité est apportée. “Désormais, il ne reviendra plus toutes les cinq à six semaines. Nous permettons à nos clients de voyager chaque jour, avec des pays, des cultures, au rythme des saisons. Nous nous inspirons des recettes des chefs avant de les adapter aux contraintes en termes d’approvisionnements”, se réjouit Sixte de Vauplane, cofondateur et CEO.

Chaque semaine, un chef cuisinier est désormais invité à coconcevoir une semaine de menus déjeuner, autour de cinq plats et cinq desserts. Les équipes de Nestor s’inspirent des recettes des chefs avant de les adapter aux contraintes en termes d’approvisionnements. Des tests de plats et de desserts, validés dans des conditions de livraison, sont effectués. Environ trois semaines de travail sont requises pour la conception d’une semaine de plats. Les plats, qui restent variés d’un jour sur l’autre dans la semaine, seront élaborés à l’aide d’ingrédients “plus qualitatifs”.

Cette nouvelle formule, qui a nécessité six mois de travail adopte aussi un positionnement-prix renouvelé : le prix du menu livré est passé de 11,90 euros pour un trio entrée-plat-dessert à 10,50 euros le duo plat-dessert. Nestor acte ainsi une demande des consommateurs pour des déjeuners plus rapides. Une tendance que l’entreprise avait déjà constaté lors de sa courte expérience à Bruxelles (Belgique), au printemps 2019 : “nous nous sommes confrontés aux différences culinaires. Il n’y a pas les mêmes types de plats, l’entrée est inexistante… Il y a eu aussi un vrai apprentissage sur la façon de dupliquer le modèle pendant quatre mois”, décrit Sixte de Vauplane.

Des menus plus facilement livrés en Ile-de-France

Nestor, qui compte une cinquantaine de personnes, a auparavant dû affronter le premier confinement et l’essor du télétravail, une pratique adoptée par un grand nombre de ses clients. “Les premières semaines ont été assez rudes, puis le home office a permis de relever la tête fin mai, début juin. Lors du déconfinement, nous avons travaillé sur les offres de télétravail et de substitution à la restauration d’entreprise. Aujourd’hui, Nestor répond aussi bien aux demandes de bureau et à domicile”, indique Sixte de Vauplane.

Pour les entreprises n’ayant pas d’offre de restauration sur place, un système de restauration intégré, Le comptoir Nestor, a été lancé en janvier 2020. “Il est très demandé depuis le printemps par des sociétés souhaitant avoir de la flexibilité et apporter de la portabilité en télétravail”. Un corner est installé dans les locaux de l’entreprise, avec la tarification et la subvention prévus. Les plats sont déposés vers 11 heures. Un animateur accueille les convives et leur distribue les repas.

La portabilité des repas est assurée sur Paris et une partie de la petite couronne. “Cela a beaucoup augmenté avec le confinement, mais on se rend compte que le télétravail devrait s’établir entre un et deux jours par semaine à terme”, estime Sixte de Vauplane. Hors de Paris ou des communes adjacentes, nombreux sont les clients de Nestor à avoir souhaité bénéficier du service depuis leur domicile. La start-up s’apprête à passer de quatre cuisines dans une zone géographique donnée à un réseau de laboratoires destinés à tripler la zone de livraison.

La livraison en question

Récemment, Nestor a dû faire face à des questionnements sur la rémunération de ses livreurs. “Nous travaillons avec des entreprises de livraison qui ont leurs propres coursiers, ou via des indépendants. Il y a une vraie demande sur les conditions de livraisons de la part de nos clients. Nous voulons avoir une tarification ‘juste’ , à 15,80 euros de l’heure en moyenne, avec un modèle de cuisines centrales, une simplification des menus et une intelligence artificielle qui permet de prévoir les commandes en amont”, commente Sixte de Vauplane.

2765 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pour l’équipe des restaurants Mamé Kitchen, “être flexitarien, c’est s’éclater à découvrir de nouvelles saveurs rythmées par les saisons”

Créée en 2018, l’enseigne Mamé Kitchen compte cinq restaurants, conçus pour la vente à emporter, autour d’une offre de street food flexitarienne. Elle compte accélérer son développement.
EntreprisesServices

Entre food court et loisirs, Boom Boom Villette trouve ses marques au nord-est de Paris

20 kiosques de restauration, 3 bars, 1 cinéma, 1 bowling, 1 escape game… Food et loisirs sont au cœur de l’offre de Boom Boom Villette, un centre lancé fin janvier près de la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris. 40 millions d’euros ont été injectés pour refaire vivre ce lieu.
EntreprisesServices

Succès pour le premier flagship de Krispy Kreme Doughnuts, l’enseigne qui veut convertir les Français aux donuts

A Paris, Krispy Kreme Doughnuts s’est lancé sous la houlette de Wagram Finances avec ses recettes incontournables de donuts, quelques adaptations pour le marché français, et de riches ambitions de développement.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter