Entreprises

Les astuces de Cointreau pour rester en connexion avec les barmans et les amateurs de cocktails

Cointreau Margarita

Cointreau n’a pas pris une ride, assure le liquoriste. L’entreprise mise sur les cocktails faciles à reproduire et sur des initiatives dédiées aux bartenders pour rester en vogue.

Après deux ans de travaux, le Carré Cointreau a rouvert ses portes cet été à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire). Remis au goût du jour, le musée interne du célèbre liquoriste n’est pourtant pas une nouveauté. “Les premières visites ont été lancées en 1920, avec Edouard Cointreau lui-même. La distillerie a ouvert en 1849 au cœur d’Angers. C’est la seconde génération, Edouard, par son génie créatif, qui va élaborer cette liqueur d’orange. A l’époque, en Europe, l’orange était considérée comme un fruit rare et exotique”, expose Alfred Cointreau, qui représente la sixième génération de la maison. L’entreprise a emménagé dans ses locaux actuels en 1969.

Côté secrets de fabrication, “19 alambics en cuivre rouge permettent de produire les 14 millions de flacons distribués dans le monde”, précise Carole Quinton, sixième maitre-distillatrice de la maison. Les écorces d’orange amère proviennent du Brésil et du Gabon. Les écorces d’orange douce sont importées du Maroc, d’Espagne et du Ghana. En termes d’actualité, un coffret-cadeau signé par le styliste et architecte d’intérieur Vincent Darré a été lancé.

“Nous avons, chez Cointreau, une base d’alcool neutre sur laquelle on distille des écorces d’orange amère et d’orange douce”, poursuit Alfred Cointreau, qui rappelle que l’entreprise demeure familiale. Pour continuer à séduire les barmans, Cointreau a développé au fil du temps 350 recettes de cocktails, mais mise plus que jamais sur l’intemporelle Margarita (3cl de Cointreau, 5cl de tequila bianco et 2cl de jus de citron vert), qui peut aussi se réaliser à la maison – un atout en ces temps chahutés. Pour décrypter l’enjeu de la cocktailisation, Kévin Sueiro, brand ambassador, nous en dit plus.

Ces dernières années, comment Cointreau a renforcé ses efforts envers le monde du bar ?

La marque a mis en place plusieurs actions : le recrutement et la formation d’ambassadeurs sur le terrain, l’intégration du Collectif 1806 aux USA qui est un véritable incubateur de tendances cocktails mais aussi la mise en place de compétitions pour dénicher des talents comme c’est le cas avec la Queen Competition en Chine (un concours par brigade où les chefs sont des femmes), ou encore le collectif Les Femmes d’équipe Cointreau, initiative visant à regrouper des femmes bartenders dans les pays nordiques. Nous entretenons également nos relations avec la communauté bartenders à travers nos “Talks” où nous avons eu le privilège d’interviewer quelques beaux noms de la scène cocktail. Aussi, nous ouvrons régulièrement les portes de notre distillerie située à deux pas d’Angers pour y accueillir et former des bartenders du monde entier lors de ce qu’on appelle ici chez Cointreau des “Brand Academies”, devenues aujourd’hui digitales au vu de la conjoncture actuelle.

Quelles sont les techniques privilégiées pour la réalisation de la margarita ?

La margarita, est un cocktail créé par Margarita Sames en 1948 à Acapulco et dont la recette originale est réalisée à partir d’un mélange de Cointreau et de tequila. A l’image de la liqueur Cointreau, la margarita est également un cocktail dont la versatilité n’est plus à prouver. Ses déclinaisons sont nombreuses, et l’une des plus simples est de recouvrir le rebord du verre de sel et qui est un ingrédient à part entière dans la recette de la Margarita puisqu’il joue le rôle d’un véritable exhausteur de goût. Si vous êtes novice en la matière, le meilleur moyen de twister une margarita réside donc dans le simple fait de changer le sel : remplacer-le par un sel noir par exemple ! Si vous êtes plutôt expert cocktail, pensez à un ingrédient unique en broyant par exemple un sel rose d’Himalaya avec des écorces d’oranges séchées et un peu de romarin ; c’est créer un élément simple qui changera totalement l’expérience d’une margarita originale. Mais ce n’est pas tout, essayez de réaliser une margarita sous vide avec une épice, fumez votre margarita au smokey gun, élaborez un milk punch pour jouer sur la texture…

Comment suivez-vous la tendance des cocktails faiblement alcoolisés et sans alcool ?

Le low ABV, et son pendant no ABV, sont des mouvements incontournables du bar puisque de plus en plus sensible auprès des consommateurs. La maison Cointreau se doit d’être non seulement à l’écoute de ce mouvement, mais également acteur. Plusieurs pistes sont explorées, mais concrètement en janvier par exemple, à l’occasion du Dry January, nous avons mis en avant une version sans alcool de certains de nos cocktails. Cette mouvance n’est pas nouvelle puisqu’elle existe depuis longtemps déjà, mais elle grandit de plus en plus chez les consommateurs c’est pourquoi nous nous efforçons de comprendre quelles en sont les raisons et de développer des recettes qui répondent à ces attentes dans le but d’encourager une consommation toujours plus responsable.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

A lire également
Entreprises

Nolow Spirit Free, un nouveau distillat botanique dédié aux cocktails sans alcool

Nouveau venu sur le marché des distillats sans alcool, Nolow se caractérise par la belle place accordée à la menthe et au citron, ainsi qu’un positionnement-prix accessible. Son créateur attend avec impatience la réouverture des bars à cocktails.
Entreprises

Vieillissement des eaux-de-vie: Maison Ferrand explore de nouveaux terrains

Avec un projet de barge dédiée au vieillissement dynamique d’eaux-de-vie et le lancement d’une carafe élaborée à l’aide de vieilles réserves de cognac, Maison Ferrand propose de nouvelles expériences à ses clients.
Entreprises

Start-up: les ciders Mauret poursuivent leur success story chez Metro

Les ciders Mauret font leur entrée à l’échelle nationale chez Metro. Après un test réussi autour de Paris et de Lille, ces…