Aller au contenu

L’afterwork, le meilleur moyen de créer du lien entre collègues?

Les Français aiment leur entreprise… mais ne songent peu à se réunir entre collègues en-dehors du travail.

TRIBUNE. « De manière générale, on a tendance à penser que tout ce qui est anglo-saxon est aussitôt repris en France : mais ce n’est pas le cas de l’afterwork, une pratique typiquement anglo-américaine, qui a du mal à s’implanter durablement dans l’Hexagone. Le fait de prendre un verre (ou deux) entre collègues après le travail est pourtant un facteur d’unité au sein d’une entreprise qu’il ne faudrait pas négliger.

Selon un sondage OpinionWay, réalisé pour Privateaser, cette pratique pourrait améliorer le bien-être des salariés : par exemple, 69% des salariés aiment leur entreprise, et 60% pensent que l’afterwork participe au bien-être dans leur entreprise, et pourtant, seulement 13% des entreprises consacrent un budget à ces soirées. Ce désintérêt semble indiquer que les afterworks sont perçus par les managers comme des événements extérieurs à l’entreprise.

Quels avantages?

Pourtant, adopter cette pratique pourrait permettre d’améliorer non seulement le bien-être des salariés, mais surtout leur sentiment d’appartenance à leur entreprise, en leur permettant de rencontrer leurs collègues dans un contexte informel. On en apprend plus sur une personne en discutant autour d’un verre qu’en parlant des erreurs dans la comptabilité du mois dernier.

D’ailleurs, la raison principale pour laquelle 59% des salariés n’organisent jamais d’afterwork montre bien qu’il existe un sérieux manque à gagner : en effet, trois d’entre eux sur quatre rentrent directement chez eux en fin de journée. C’est la preuve d’un manque de lien affectif entre collègues, qui peut être un facteur de désunion. Or, pour sept salariés sur dix, ce qu’il y a de mieux dans un afterwork, c’est qu’on peut rencontrer et découvrir ses collègues : ces moments privilégiés de convivialité sont donc d’excellentes occasions de créer des liens au sein d’une équipe.

Bien sûr, un afterwork organisé tous les deux mois, par exemple, ne résoudra pas tous les problèmes qui peuvent exister dans une entreprise : mais si l’entreprise accorde un budget défini à ses salariés pour qu’ils organisent eux-mêmes leur soirée, cela les mettra en valeur et participera à créer une atmosphère de travail agréable. »

Publié dansEconomieEntreprisesManagement