ÉconomieEntreprisesServices

La start-up Cohome met en relation les travailleurs à domicile

Cohome - coworking

Depuis octobre 2016, la start-up parisienne Cohome propose aux professionnels qui travaillent de chez eux (freelances, télétravailleurs salariés…) de se retrouver à leur domicile, moyennant un pourboire. Sa cofondatrice, Laura Choisy, répond aux questions de Business & Marchés.

Comment mettez-vous en relation les personnes qui travaillent de chez elles?

Cohome a été crée en novembre 2015, puis la plateforme lancée à l’automne. Le coworking est une solution très intéressante, mais exige un loyer supplémentaire (environ 250 à 350 euros/mois, et une journée à 15/20 euros en moyenne). Le «cohoming» est en moyenne de 5 euros par jour, et est fixé au maximum à 10 euros. Nous prélevons une commission fixe de 1 euro, payée par chaque personne qui se déplace chez un hôte.

Quels sont les avantages du concept pour les participants?

Nous ne sommes pas un «Airbnb» en louant son appartement à la journée : vous accueillez des gens, et les pourboires ne vont pas rembourser vos frais de loyer. Cela permet d’étendre son réseau, de sortir de sa solitude chez soi, de trouver un travail, de se cadrer au niveau temporel en structurant sa journée… Chacun amène son déjeuner, peut faire des pauses, etc. Les participants se notent, en tant que participants et en tant qu’hôtes.

Comment souhaitez-vous vous développer?

On a dépassé les 3000 inscrits, et 600 réservations ont été effectués en trois mois. On se focalise principalement sur Paris, notre territoire géographique. Les autres villes sont ouvertes car on nous sollicite, mais nous intensifierons nos efforts en 2017, par exemple avec un apéritif à Strasbourg en février. Il y a environ 450 espaces de coworking en France, et nous avons déjà une centaine d’espaces de « cohoming » : les capacités sont moindres, mais nous avançons rapidement !

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pourquoi les chatbots sont devenus des incontournables de la transformation digitale

Dydu édite un logiciel permettant à ses clients de dialoguer avec leurs internautes. Katia Houbiguian revient le parcours des bots et sur leur utilité aujourd’hui.
ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.
ÉconomieEntreprises

Marc Bonneton (Cockorico): “les cocktails prêts à boire peuvent concurrencer la bière”

Démocratiser le cocktail et faciliter ses usages, telles sont les ambitions de Cockorico. Cette marque de cocktails prêts à boire se lance sur le marché, avec Marc Bonneton.