ÉconomieEntreprisesIndustrie

Sur le marché de la bière, on n’arrête plus La Bête

La Bête - House of Beer

La Bête a multiplié ses volumes par dix en quatre ans. Cette bière « de caractère » a été rejointe par une bière blanche et, cette année, par une bière de Noël.

On n’arrête plus La Bête ! Composée de deux références permanentes (La Bête et La Bête Blanche), la gamme distribuée par House of Beer (notamment importateur de Brooklyn Brewery en France) fête ses dix ans. « Nous avons la chance de recruter toujours plus de consommateurs, au-delà de notre cible historique d’étudiants et de 18-35 ans », se satisfait Arthur Lenormand, responsable Trade marketing portefeuille craft. Depuis son arrivée, les volumes ont été multipliés par dix entre 2014 et 2018, dans un marché très concurrentiel (La Chouffe, Cuvée des Trolls, Delirium, Rince-Cochon…)

10.000 hl de La Bête (8°) ont été commercialisés cette année. La Bête a vu le jour en 2008 sous la houlette de Bruno Niffle, aujourd’hui aux commandes du distributeur C-Bev. Appelé en 2012 pour lancer House of Beer, il a pu donner plus de moyens à son portefeuille. 250 hl étaient alors écoulés. Deux ans plus tard, ce sont 1000 hl qui ont été vendus.

De nouveaux développements

En 2017, La Bête a bénéficié d’un nouvel univers graphique. Un bon moyen de rappeler ses spécificités : « en bouche, son caractère malté s’impose d’emblée, accompagné de délicieuses notes de caramel et de pain d’épices », souligne House of Beer. 70% des volumes étant écoulés de septembre à mars, le distributeur a pris le contre-pied en lançant La Bête Blanche (5,2%), uniquement en cafés-hôtels-restaurants avant un lancement prévu en 2018 en grandes et moyennes surfaces.

En cette fin d’année, un autre cadeau a été prévu pour La Bête : le relancement de La Bête de Noël (8,3°) après un premier essai en 2015. Brassée avec de la cannelle et de l’anis étoilé, elle est uniquement disponible dans le circuit CHR. Arthur Lenormand pense déjà à la suite : « nous nourrissons de grandes ambitions pour la marque, en espérant progresser dans notre catégorie ! » La Bête a du caractère à revendre.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Comment les vins de Cahors ont renouvelé leur image

Forte croissance du bio, développement des vins de soif, efforts à l’export : ces dernières années, les vins de Cahors ont conquis…
EntreprisesIndustrie

Les rhums, liqueurs et champagnes de Limitless Brands veulent conquérir Paris et l'Europe

Pour développer ses marques Cashcane Rum, Black Smoke, Nuvo Sparkling Liqueur, Caramol et Vincent d’Astrée sur le marché parisien et au-delà, Limitless Brands a recruté un brand manager Europe, Mathieu Le Feuvrier.
ÉconomieEntreprises

Start-up : le Barteleur joue la carte des cocktails embouteillés

Proposer des cocktails embouteillés aux professionnels de la restauration et aux amateurs avertis, telle est l’ambition de la start-up parisienne Le Barteleur.