Aller au contenu

En plein débat sur le pouvoir d’achat, les distributeurs repartent à l’offensive

Mis à jour le 12 février 2011

Bien que l’Insee annonce que le pouvoir d’achat progresse de 2% par an, ce n’est pas le sentiment des Français qui trouvent la vie de plus en plus chère. Les politiques tentent de se mettre au diapason: ainsi, Nicolas Sarkozy a mandaté une commission d’experts chargée de réfléchir à l’élaboration d’un nouvel indicateur de richesse plus en adéquation avec la situation des consommateurs que l’est actuellement le PIB. « Le Produit Intérieur Brut (PIB), utilisé pour calculer la croissance, ne permet pas de comprendre comment la vie des individus est impactée par l’économie. Il ne s’agit donc pas d’un simple exercice statistique mais d’une tentative de rendre compte des conditions réelles de vie dans chaque pays« , rappelait mardi 8 janvier Amartya Sen, prix Nobel d’économie 1998 et membre de la commission.

Michel-Edouard Leclerc, patron du groupe de distribution éponyme, jette ce matin un pavé dans la mare en annonçant que « l’inflation va tourner autour de 4% pour les produits de grande consommation, ce qui est le double de ce qui est annoncé par le gouvernement« . Celle-ci s’éleverait à 1,6% selon la ministre de l’Economie Christine Lagarde. Certains industriels « exagèrent dans les hausses tarifaires« , souligne le distributeur. Jean-René Buisson, président de l’Association nationale des industries agroalimentaires, a pour sa part tenu à indiquer que les prix de cette catégorie de produits connaitraient une hausse « dans des proportions raisonnables« . Selon lui, les prix des grandes marques ont diminué de 3% en 2006 suite à la réforme de la loi Galland concernant la revente à perte.

Un graphique publié sur le site de l’agence intellectuelle Telos et appuyé par un article de Laurence Boone, chef économiste France chez Barclays Capital, montre que le revenu disponible brut des Français connait une augmentation depuis 2003. Le revenu disponible brut représente la part du revenu primaire qui reste à la disposition des ménages résidents, pour la consommation et l’épargne. Le pouvoir d’achat des salariés (50% de la population) connait un taux de croissance qui stagne depuis 1990, cette hausse est de moins de 1% par an selon Laurence Boone. Les retraités, qui représentent 25% de la population et dont le revenu se compose à 80% de leurs retraites, ont vu eux aussi leur pouvoir d’achat ne s’accroitre que de moins de 1% par an.

La prime au moins cher

Faute de ne pouvoir effectuer d’importantes baisses de prix dans un contexte de hausse des prix des matières premières, les distributeurs tentent d’apparaitre comme les moins chers et les plus engagés en faveur du pouvoir d’achat.

Leclerc (environ 17% de parts de marché), qui communique sur ce thème depuis ses débuts, relaie à travers ses campagnes publicitaires le message martelé par son chef de file: les industriels réclament des augmentations trop importantes pour les grandes marques ! Michel-Edouard Leclerc reconnait que les prix ont augmenté dans ses magasins en novembre et en décembre, et plaide pour une nouvelle réforme de la loi Galland afin de ne plus avoir à se justifier des rabais versés par les fournisseurs en échange d’une mise en valeur des produits.

Carrefour a fait du pouvoir d’achat un axe majeur de son plan de relance dans l’Hexagone. Malmenée par le premier, l’enseigne mise sur les produits à sa marque (marque de distributeur), annoncés comme étant de 15% à 30% moins chers que les grandes marques, ainsi que sur son programme de fidélité. « L’an dernier, nous avons reversé en moyenne 60 euros à nos clients actifs porteurs de la carte« , explique au Figaro Guy Yraeta, directeur général des hypermarchés pour la France. « En 2008, il y a aura une inflation et nous essaierons de la contenir au maximum« , indique pour sa part José Luis Duran, président du directoire. Entre des matières premières agricoles dont le prix a flambé en 2007 et des hausses de tarifs émanant des fournisseurs, le pari sera délicat à tenir, même pour les MDD.

Dans l’actu Le spectre de l’inflation en toile de fond

Publié dansEntreprisesPolitique écoServices