Économie

Hausse des matières premières: quel impact sur les entreprises ?

Les cours des matières premières, même s’ils ont tendance à reculer depuis plusieurs semaines, ont enregistré en l’espace d’un an des progressions comprises entre 10 % et 65 % (les aciers). La plus médiatique des commodités, le pétrole, s’affiche pour sa part en hausse de 40 % sur l’année. Dans quelle mesure ces haussesont-elles un impact sur l’économie et la santé des entreprises ? L’assureur crédit Euler Hermès SFAC, filiale d’Allianz, a publié une étude sur la question.

Selon les données publiées dans le communiqué de presse, la hausse des cours représente un surcoût initial de 23 milliards d’euros pour les entreprises françaises en 2008. Cette poussée est en partie compensée par une répercussion dans les tarifs, un basculement pouvant aller de 50 % à 70 %. Sur les marchés grand public, l’industrie agroalimentaire est pointée du doigt par les organisations de consommateurs pour des augmentations parfois spectaculaires. Les firmes de secteurs plus concurrentiels comme la chimie ou l’électronique, soumis à une pression internationale forte, sont davantage touchés : compte tenu de cet environnement, elles ne peuvent répercuter que de façon mineure les hausses de matières premières, enregistrant une dégradation de leurs marges.

Nombre de secteurs doivent contrebalancer leur réduction de marge par des mesures de réduction des coûts’, indique Karine Berger, directrice des études chez Euler Hermès SFAC. Des suppressions de postes peuvent donc intervenir, aggravant une situation déjà difficile pour l’emploi comme l’ont rappelé les derniers chiffres (41.300 chômeurs de plus en août, soit la plus forte hausse en quinze ans). Le consommateur final ressent pour sa part cette augmentation de la quasi-totalité des matières premières sous la forme d’un point d’inflation supplémentaire.

A lire également
ÉconomieMarchés et financePolitique éco

Taux de dépôt auprès de la BCE en territoire négatif : quels effets ?

Une tribune de Jacques Ninet (La Française).
ÉconomieEntreprises

Distribution: opération séduction face à l'inflation

« Je m’engage à ce que de 4,06 % d’inflation annuelle actuelle on passe en décembre à un rythme annuel de 2 %…
ÉconomiePolitique éco

Inflation: pas de répit pour les consommateurs

Il y a comme un décalage entre ce qu’entendent les consommateurs et ce qu’ils aperçoivent dans les rayons. « On nous avait dit…

Laisser un commentaire