Aller au contenu

L’e-learning ou comment devenir maître de sa formation

L’e-learning est en pleine explosion ces dernières années. Focus sur la façon dont la technologie change l’apprentissage et la manière dont les étudiants se forment.

Pour les étudiants du monde entier, le développement d’Internet a été synonyme d’élargissement de la diffusion d’informations et de renforcement de la demande pour des compétences toujours plus précises. Ainsi, se former passe maintenant par une démarche qui dépasse l’apprentissage académique et qui repose sur des initiatives personnelles. Cela a débouché sur une multitude de plateformes dédiées et un nouveau marché, l’e-learning, qui surfe sur cette tendance.

En Chine, le marché de l’e-learning a explosé ces dernières années. En 2014, il a dépassé les 10 milliards d’euros, pour plus de 70 millions d’apprenants selon Daxue Consulting. Pour progresser davantage, l’e-learning doit d’aller au-delà du champ académique et de permettre à l’étudiant de se construire un profil relativement unique grâce à une formation personnalisée et individuelle. Mais l’e-learning fait également de plus en plus office de substitut à l’apprentissage académique. Les plateformes d’entrainements en ligne ou de cours particuliers sont de plus en plus nombreuses.

Les langues vivantes au cœur de ce marché

Pour Charles-Eliott Debourdeaux, fondateur de Global Exam, qui propose des entraînements TOEIC/TOEFL/HSK en ligne, « on vit dans un monde globalisé où tout le monde progresse en langues… Comment faire la différence par rapport à d’autres candidats pour partir étudier à l’étranger ou pour partir travailler à l’international ? Il faut valider son test de langue, avoir un certificat reconnu dans le monde entier pour permettre de se positionner par rapport à des concurrents comme le TOEFL ou le TOEIC. Dans ce but, l’e-learning permet d’apporter un plus à l’apprentissage académique pour se construire un profil unique. L’enjeu est donc de trouve de bons supports pédagogiques pour travailler l’examen parce qu’il ne s’agit pas juste de travailler en langue, il s’agit de s’entraîner à un examen très standardisé pour obtenir le meilleur score. »

A Shanghai, Thibaud André

Photo : E-Learning concept par Ecco/Shutterstock

Publié dansActualité socialeFocusSociété