ÉconomieEntreprisesIndustrie

Textile: 64 séduit au-delà des Pyrénées-Atlantiques

Une boutique de la marque de textile 64.

Depuis 1997, la marque 64 capitalise sur les valeurs des Pyrénées-Atlantiques pour séduire les habitants du département… mais pas seulement.

Qu’importe le chamboulement des frontières régionales, 64 trace sa voie. Créée en 1997 à Guéthary (Pyrénées-Atlantiques), la marque de vêtements (homme, femme, enfants) entend poursuivre son développement en capitalisant sur les valeurs du Pays Basque et du Béarn, aussi bien dans son fief d’origine qu’au-delà. Elle dispose ainsi de boutiques à Paris et sur le Web. Son responsable marketing et communication, Louis Lacube, répond à nos questions.

Quel regard portez-vous sur le développement de 64 depuis sa création?

64 a été lancée il y a 18 ans, ce qui est à la fois peu et énorme pour une marque de textile. La marque a su perdurer grâce à plusieurs éléments, à commencer par son logo, inchangé et dont la notoriété a été massivement assurée au moyen de stickers. Nous avons commencé par les distribuer à nos clients, qui les ont collé partout, même sur leurs voitures! 2 millions de stickers sont aujourd’hui fabriqués par an. D’autre part, notre PDG, Denis Wargnier, a dédié ses boutiques à 64 sur des emplacements « numéros 1 » à Biarritz et à Saint-Jean-de-Luz. Hormis quelques exceptions, nos boutiques sont détenues en propre, tout comme notre e-shop. La mer, le sport ou la gastronomie agissent, enfin, comme autant de valeurs qui nous permettent d’être connus au-delà de l’Aquitaine.

Ces thématiques permettent donc de faire rayonner la marque…

Effectivement! Notre région est très touristique, et 64 est devenue une marque incontournable pour les vacanciers de passage. Des partenariats régionaux et nationaux nous permettent de développer cet attachement à la marque. Grâce à notre boutique en ligne, nous touchons en permanence un public bien plus large que celui présent dans notre bassin.

Comment se répartissent les ventes entre les différents lieux?

Les boutiques de Bayonne, Biarritz et Saint-Jean-de-Luz constituent la majeure partie de notre business, même si notre magasin d’Arcachon (Gironde) tend à prendre toujours plus d’importance ! Sur notre site Internet, qui représente un peu moins de 10% de notre chiffre d’affaires, les ventes sont davantage portées sur la gamme homme qu’en boutiques, où elles sont davantage lissées. Nous y vendons aussi plus de produits « basiques » tels que les tee-shirts, qui nécessitent moins de contact avec le vêtement. Lorsque la refonte de notre site sera terminée, nous souhaitons que celui-ci devienne l’une de nos plus grosses boutiques en termes de chiffre d’affaires. Il a été lancé dès 2002 ! De nouvelles boutiques physiques sont également dans les tuyaux.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Stephan Tenhaef (Bacardi Martini): “les bars doivent s'adapter à une nouvelle normalité”

Président de Bacardi Martini France, Stephan Tenhaef revient sur le début de la saison estivale dans les bars. D’après une enquête réalisée pour le groupe, 77% des Français prévoient de consommer un cocktail hors-domicile cet été.
ÉconomieSociété

Marketing territorial : cet été, le Lot s'affiche pour gagner en notoriété

Pour la première fois, le département du Lot déploie une grande campagne d’affichage à destination des urbains (5 faces dans les couloirs…
Entreprises

Remy Savage : “il n'y a pas encore de démocratisation du cocktail à Paris”

Rémy Savage est l’un des bartenders les plus talentueux de sa génération. Il manage les bars Le Syndicat (Paris 10ème) et La Commune (Paris 20ème).

2 Comments

Les commentaires sont fermés.